Addictions

Article

L’addiction se caractérise par l’impossibilité répétée de contrôler un comportement et la poursuite de ce comportement en dépit de la connaissance de ses conséquences négatives. La notion de conduite addictive comprend à la fois les addictions aux substances psychoactives (alcool, tabac, drogues illicites) mais également les addictions comportementales, sans substances psychoactives (jeu par ex).

La région Grand Est doit répondre à des enjeux forts en matière d’addictions au regard des consommations observées et de la situation géographique de la région.

La prévention des addictions constitue un des axes de la politique de l’ARS Grand Est .

Les objectifs poursuivis dans ce cadre sont repris dans une feuille de route conjointe ARS Grand Est–MILDECA (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) en cours de révision pour 2024-2028.

L’Agence régionale de santé impulse une politique en matière d’addictions dans la région. Elle est compétente sur l’ensemble des champs, de la prévention à l’accompagnement médico-social et aux soins. Il existe des structures spécialisées dans le champs des addictions pour accompagner les publics et leurs proches tant pour la prise en charge que pour la prévention.

Outre les structures dont le cœur de métier est la prévention, de nombreux acteurs interviennent dans ce champ : établissements scolaires, mouvements d’entraide en addictologie, structures de soins addictologiques, centres socioculturels, missions locales, collectivités territoriales,  organismes de protection sociale, police, gendarmerie, …

Au regard des données disponibles et conformément aux orientations nationales, l’ARS a décidé de prioriser en région Grand Est:

  • la période périnatale, moment privilégié dans la vie des futurs et jeunes parents, pour les informer, les accompagner et préserver la santé des enfants à naître ou nés.
  • les jeunes, afin d’éviter ou de retarder l’entrée dans les consommations
  • certains publics spécifiques en veillant à adapter les actions à leurs besoins.

Les professionnels de santé constituent un maillon incontournable de cette politique. Il est donc nécessaire de les sensibiliser et de les aider à aborder le sujet des addictions avec leurs patients et à accompagner, si besoin, ces derniers.

L’ARS Grand Est soutient des projets et actions pour divers publics, comme par exemple :

  • des formations de professionnels au repérage précoce et à l’intervention brève (RPIB) ;
  • la mise en œuvre de « Lieu de Santé Sans Tabac », le déploiement de programme de développement des CPS pour les jeunes;
  • des projets à destination des étudiants,  des interventions en milieu festif.

Pour mener sa politique, l’ARS s’appuie sur l’expertise de Grand Est Addiction, un Espace Régional de Ressources et d’Expertise en Addictologie du Grand Est (ERREAGE), crée en 2020. Cet espace a pour vocation première d’offrir un espace d’échanges et de concertation à l’ensemble de la communauté addictologique en Grand Est.

Espace Régional de Ressources et d’Expertise en Addictologie du Grand Est (ERREAGE)

Cette structure fédère les associations CIRDD en Alsace, LORADDICT en Lorraine et ADDICA en Champagne-Ardenne. Elle a pour missions principales d’apporter un appui aux institutions et aux professionnels et d’assurer un rôle d’expert auprès de l’ARS dans le cadre de sa politique « addictions » et de sa déclinaison au niveau territorial.

Au niveau territorial, pour répondre aux besoins spécifiques, des  commissions de coordination en addictologie se mettent en place dans les départements afin de pouvoir, notamment au vu des problématiques spécifiques du territoire, mobiliser les ressources en proximité, sous le pilotage des Délégations territoriales de l’ARS.

La région Grand Est compte 30 CSAPA (Centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie), 13 CAARUD (Centres d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues) et une trentaine de microstructures en addictologie réparties sur l’ensemble du territoire. Les CSAPA portent pour certains des Consultations Jeunes Consommateurs (CJC) pour accueillir les publics jeunes et leur entourage.

Tous les ans, les CSAPA et CAARUD renseignent des rapports d’activité qui donnent lieu à une synthèse régionale réalisée par l’ORS Grand Est et disponible sur son site.

Au delà des CSAPA et CAARUD, d’autres professionnels oeuvrent pour l’accompagnement des personnes souffrant d’addictions. Grand Est Addiction a réalisé un annuaire regroupant toute l’offre du Grand Est.

Annuaire régional des structures de prise en charge des addictions

La consommation d’alcool représente un enjeu de santé publique majeur en France, où elle est à l’origine de 49 000 décès par an.

La politique publique en matière de consommation d’alcool vise un double objectif de prévention et de prise en charge avec une approche de réduction des risques et des dommages.

Concernant la période de la périnatalité, pour laquelle un accompagnement spécifique et bienveillant est nécessaire afin de prévenir et prendre en charge les futurs ou jeunes parents, des outils ont été produits par la COPEGE. Ce sujet est mis en lumière à chaque rentrée, à l’occasion de la journée mondiale de sensibilisation au SAF.

Focus Grand Est

Santé publique France publie régulièrement des données sur la consommation d’alcool au niveau national et régional

    L’ARS Grand Est ainsi que l’ensemble des acteurs du Grand Est se mobilisent dans la lutte contre le tabac à travers un programme régional de lutte contre le tabac (PRLT) mis à jour en 2023.

    Dans le cadre de la dénormalisation, l’environnement constitue un axe prioritaire avec notamment le dispositif LSST (lieux de santé sans tabac) mais aussi une expérimentation de l’ARS, première ARS de France a se lancer dans une démarche "ARS sans tabac".

    En savoir plus concernant les données régionales
    Publications de Santé publique France
    Publications de l'Observatoire Régional de la Santé Grand Est
    le Bulletin de l'ORS "Tabagisme en Grand Est" (2020)
    Publication de l'ARS Grand Est

              La politique de réduction des risques et des dommages en direction des usagers de substances psychoactives vise à prévenir la transmission des infections, la mortalité par surdose et les dommages sociaux et psychologiques liés à la consommation de substances stupéfiantes.

              En savoir plus :