Tous ensemble pour votre santé

Vaccination

Article
Visuel
Vaccination Hépatite B
Crédit 123RF
La vaccination est une des avancées médicales ayant eu le plus d’effet sur la mortalité et la santé de la population.

Rougeole, coqueluche, tétanos… chacun peut être exposé au cours de sa vie à des maladies infectieuses. La vaccination protège efficacement et durablement contre ces maladies, à condition d’effectuer les rappels.

Se faire vacciner, c’est aussi protéger sa famille et ses proches.
Corps de texte
  • Parce qu'il est indispensable d’être à jour dans ses vaccinations tout au long de sa vie pour être protégé efficacement et durablement.
  • Parce que dès les premiers mois et les premières années de la vie, nous sommes exposés à de multiples maladies desquelles la vaccination nous protège.
  • Parce que les changements de comportement liés à l'adolescence et à l’âge adulte (sexualité, profession, vie en groupe) génèrent des risques nouveaux (hépatite B, infection par les papillomavirus humains, etc.).
  • Parce que nous pouvons tous être concernés. Ainsi, les adolescents et jeunes adultes sont souvent touchés dans l’épidémie de rougeole qui sévit en France actuellement. Cette maladie, considérée à tort comme bénigne, peut être grave. Il n’est pas trop tard pour se faire vacciner et en finir avec la rougeole ! Si vous êtes nés à compter de 1980, vérifiez vos vaccinations.
  • Parce que nous sommes tous au contact de personnes fragiles : femmes enceintes, personnes âgées, personnes souffrant de pathologies chroniques, nourrissons. Certaines maladies, comme la coqueluche, la rubéole, ou encore la grippe saisonnière, sont préoccupantes quand elles touchent ces personnes fragiles.
  • Parce que son bénéfice est double : la vaccination permet de se protéger mais aussi de protéger les autres, notamment les personnes les plus fragiles de son entourage.
    A ce titre, l’atteinte d’un taux de couverture vaccinale élevé constitue un véritable enjeu de santé publique.

Pour comprendre : brochure "Les vaccins à tous les âges "

 

 

Chez les enfants nés à partir du 1er janvier 2018, les vaccins qui sont obligatoires sont ceux qui les protègent des maladies suivantes :

Coqueluche Méningocoque C Oreillons
Diphtérie Pneumocoque Rubéole
Haemophilus influenzae b Polyomyélite Tétanos
Hépatite B Rougeole  

Chez les enfants nés avant le 1er janvier 2018, les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite aux âges de 2, 4 et 11 mois sont obligatoires.

Ces vaccinations sont exigées pour l’entrée en collectivité.

Le calendrier vaccinal a été simplifié. Le nombre de rappels nécessaires est moins important qu’il y a quelques années.

  • Moins d’injections pour tout le monde : nourrissons, enfants, adolescents et adultes
    - La primovaccination des nourrissons se fait avec une injection en moins.
    - Pour les enfants et les adolescents une injection en moins : le rappel de vaccination diphtérie, tétanos, polio (dTP) qui devait être fait entre 16 et 18 ans est supprimé.
    - Les adultes ont deux rappels en moins à effectuer, soit cinq rappels au lieu des sept préconisés jusqu’à présent.
  • Pour les adultes, des rendez-vous vaccinaux à âge fixe.
    Chaque adulte aura désormais un rendez-vous vaccinal à 25, 45 et 65 ans, puis tous les 10 ans, à 75 ans, 85 ans.
Calendrier 2020 Vaccins à tous les âges

 

 Consultez le calendrier simplifié des vaccinations 

 

Ce calendrier recommande la vaccination de tous les professionnels de santé et de tous les professionnels en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque (personnes âgées, immunodéprimées, femmes enceintes, nourrissons...) contre la grippe, la rougeole, la coqueluche, voire la varicelle pour les adultes non immunisés :

  • Grippe : vaccination  recommandée pour tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère.
  • Coqueluche : les rappels à faire à 25, 45 et 65 ans comportent la valence coqueluche.
  • Rougeole : les professionnels non vaccinés, sans antécédent de rougeole, doivent recevoir  2 doses de vaccin s’ils sont nés depuis 1980, une dose si ils sont nés avant 1980.
  • Varicelle : vaccination recommandée pour les professionnels de santé et de la petite enfance sans antécédent de varicelle et dont la sérologie est négative

En matière de vaccination, l’acteur principal et incontournable sera toujours le médecin traitant. Vous pouvez également demander conseil à votre infirmier, votre pharmacien ou votre sage-femme.

Mais il existe en complément de nombreuses structures jouant un rôle important, comme la Protection Maternelle et Infantile (PMI), les Services Communaux d’Hygiène et de Santé (SCHS), les Centres de Vaccinations Publiques,…

Pour la région Grand Est, vous trouverez dans l'annuaire ci-dessous les coordonnées des structures publiques qui complètent l’offre de vaccination assurée par les médecins :

  • les centres et lieux de vaccination qui assurent gratuitement les vaccinations pour les vaccins obligatoires et certains vaccins recommandés.
  • Les services universitaires de médecine préventive et de promotion de la santé (SUMPPS) qui vaccinent gratuitement les étudiants.
  • les centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) des infections par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), les hépatites virales et les infections sexuellement transmissibles (IST).
  • les centres de vaccination pour les voyageurs (prestations payantes).

Consultez l’annuaire des sites publics de vaccination en Grand Est :

 

 

Calendrier vaccinal 2020 / COVID-19

Recommandation : maintenir la vaccination des nourrissons même en période de confinement

La Haute Autorité de Santé (HAS) considère qu’il est primordial de maintenir l’ensemble des vaccinations obligatoires des nourrissons (à 2, 4, 5, 11, 12 et 16-18 mois) dans le contexte de l’épidémie de COVID-19.

En effet, ces vaccinations s’inscrivent dans le suivi normal des nourrissons et tout retard les exposerait à de graves conséquences pour leur santé. 

Téléchargez le calendrier des vaccinations 2020 et ses annexes.
En raison d’une sortie en mode dégradé, la forme est perfectible

NB : Ce calendrier finalisé le 4 mars 2020 ne prend pas en compte la nouvelle situation épidémiologique en lien avec l’épidémie à COVID-19 en France. Si des adaptations éventuelles de la stratégie vaccinale en lien avec cette épidémie sont identifiées, elles seront communiquées sur le site du ministère de la santé dans la rubrique COVID 19.