Tous ensemble pour votre santé

Moustique tigre et maladies vectorielles

Article
Visuel
Moustique tigre
Bien que nuisants, tous les moustiques ne transmettent pas de maladies. Aedes albopictus, moustique d’origine tropicale, également appelé « moustique tigre », est le vecteur potentiel de trois maladies virales : la dengue, le chikungunya et le zika.
Corps de texte

Une surveillance particulière de ce moustique a été mise en place en France métropolitaine par le Ministère de la santé qui a élaboré en 2006 un plan national anti–dissémination du chikungunya et de la dengue.

Le dispositif de lutte contre le « moustique tigre » et de surveillance des arboviroses (chikungunya, dengue, zika) en métropole est activé par la Direction Générale de la Santé chaque année du 1er mai au 30 novembre. Il décrit les mesures de surveillance, de lutte contre la prolifération du moustique et de protection des personnes en classant le risque en 6 niveaux (0 à 5).

Le moustique tigre est implanté depuis 2015 dans le Bas-Rhin et 2016 dans le Haut-Rhin. De ce fait, dans la région Grand Est, seuls ces deux départements font l’objet d’une surveillance renforcée durant cette période (1er mai-30 novembre).

Aedes albopictus est adapté à l'environnement humain et se développe préférentiellement dans des environnements péri-urbains, ainsi que dans des zones urbaines très denses.

Les gîtes larvaires originels d’Aedes albopictus étant de petits gîtes formés par des plantes retenant de l’eau (souche de bambou, broméliacées ou trous d’arbres), celui-ci a colonisé toutes sortes de récipients et réservoirs artificiels ainsi que d’éléments du bâti disponibles en milieu urbain (vases, pots, fûts, bidons, bondes, rigoles, avaloirs pluviaux, gouttières, terrasses sur plots…). 

Il est très important de supprimer les eaux stagnantes qui permettent la reproduction du moustique, à l’intérieur et surtout à l'extérieur, autour de son domicile.

  • Coupelles sous les pots de fleurs, vases : videz-les régulièrement (au moins une fois par semaine) ou supprimez-les.
  • Seaux, matériel de jardin, récipients divers (pneus usagers,...) : videz-les puis retournez-les, ou mettez-les à l’abri de la pluie.
  • Bidons de récupération d’eau : recouvrez-les à l’aide d’un filet moustiquaire ou de tissu, en vous assurant que les moustiques ne pourront pas accéder à l’eau.
  • Bassin d’agrément : introduisez des poissons, qui mangeront les larves. 
  • Piscines hors d’usage : couvrez les, évacuez l’eau des bâches ou traitez l’eau (eau de Javel, galet de chlore)
  • Vérifiez le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées : nettoyez régulièrement les gouttières, regards, caniveaux et drainages.

1- Vous vérifiez 

4 astuces pour reconnaître un moustique tigre :

•    C’est un moustique : il a donc deux ailes, une paire d’antennes longues et une trompe dans le prolongement de la tête,
•    Il a des rayures noires et blanches (pas de jaune), sur le corps et les pattes, 
•    Il est très petit, environ 5mm, (plus petit qu’une pièce de 1 centime d’euros),
•    Il est source de nuisance et pique le jour. Sa piqûre est douloureuse.

2 - Vous signalez

Vous pensez avoir observé un moustique tigre ? Vous pouvez le signaler !
L’ensemble de la population peut participer à la surveillance de cette espèce afin de mieux connaître sa répartition. il s'agit d'une action citoyenne permettant ainsi de compléter les actions mises en place.

Rendez-vous sur le site www.signalement-moustique.fr où un questionnaire vous permettra de vérifier rapidement s'il s'agit bien d'un moustique tigre et, dans ce cas, le signaler sur le site.

 

Moustique tigre voyage

 

Moustique tigre voyage retour

Même si vos maux de tête surviennent dans les 14 jours après votre retour