Les Conseillers en Environnement Intérieur (CEI) en Grand Est : intervenir au domicile de patients

Service
Date de publication
Visuel
Site Intair'agir - CEI Qualité de l'air intérieur
Accroche
Le conseiller en environnement intérieur (CEI) est un professionnel qui peut intervenir au domicile de patients présentant des pathologies respiratoires, allergiques ou souffrant d’immunodépression, pour effectuer un diagnostic du logement (principalement les facteurs de dégradation de la qualité de l'air intérieur) et préconiser les bons gestes pour améliorer les conditions vie des patients.
Corps de texte

Le plus souvent, le conseiller en environnement intérieur (CEI) intervient sur prescription médicale mais il peut également être mobilisé, via l’ARS, pour des situations de logement dégradé ou de plainte liée à la qualité de l’air dans un logement.

Depuis plusieurs années, l’ARS Grand Est soutient financièrement l’activité des conseillers en environnement intérieur. Ce sont des professionnels diplômés dont l’intervention vise à améliorer la qualité de l’environnement intérieur au domicile des patients.

Dans le cadre du Plan Régional Santé Environnement (PRSE), et avec l’association pour l'Amélioration des Asthmatiques et des Allergiques (AP3A) et ATMO Grand Est, l’ARS propose d’organiser une coordination régionale de cette activité, une harmonisation des interventions et la promotion des compétences des CEI auprès des professionnels de santé.

C'est dans ce cadre que le dispositif Intair’agir a été mis en place en région afin de faciliter et contribuer à l’harmonisation des pratiques professionnelles des CEI en Grand Est.

Sur prescription du médecin, les conseillers en environnement intérieur réalisent une visite au logement des personnes afin de faire un diagnostic des risques liés à leur environnement. Leur rôle :

  • Recueil des données de l’habitat (température, humidité, ventilation, chauffage…)
  • Recherche des polluants biologiques et chimiques de l’environnement intérieur, avec prélèvements et analyses si nécessaire
  • Recueil d’information sur les habitudes comportementales des occupants
  • Conseils au patient et à sa famille sur les pratiques permettant d’améliorer la qualité de l’air intérieur
  • Recherche conjointe des moyens d’obtenir une éviction optimale des allergènes et polluants

L’environnement

  • Situation géographique/sources de pollution extérieur/habitat ;
  • Revêtements des murs, du sol, mobilier ;

  • Type(s) de chauffage, traces d’humidités, ventilation ;

  • Particules en suspension, poussières.

Les polluants biologiques

  • Présence d’animaux domestiques ou de plantes ;

  • Présence d’insectes nuisibles tels que les blattes ;

  • Dosage semi-quantitatif (acarex-test) de la charge en allergènes d’acariens (matelas, moquette, tapis…) ;

  • Prélèvements de moisissures dans l’air et sur les surfaces pour l’identification et le dénombrement des espèces.

Les polluants chimiques

  • Evaluation des sources (tabac, produits d’entretien…) ;

  • Mesures si nécessaire (formaldéhyde, particules fines).

L’occupation du logement

  • Mesure des paramètres de confort (température, humidité relative, confinement) ;

  • Pratiques d’aération ;

  • Activités des occupants et entretien.

Conseiller Environnement Intérieur (CEI) : Affiche QAI-CEI Intair'Agir 2020