Tous ensemble pour votre santé

Amiante

Article
Visuel
Illustration amiante
Matériau ayant servi dans de nombreux domaines de la construction entre 1950 et 1980, l’amiante s’est révélé être un produit dangereux pour la santé. Une expertise collective de l’INSERM a estimé à près de 2000 le nombre de décès attribuables à une exposition à l’amiante en 1996.
Corps de texte

L’amiante entraîne essentiellement quatre maladies pulmonaires :

  • l’asbestose, entraînant progressivement une insuffisance respiratoire sévère,
  • l’apparition de plaques pleurales, lésions bénignes de la plèvre,
  • le cancer du poumon ;
  • l’association tabac + amiante multiplie par 50 le risque de cancer, le mésothéliome, tumeur grave de la plèvre.

Parallèlement, l’incidence du mésothéliome est en constante augmentation ; pour les dernières années, en France comme dans les autres pays industrialisés, cette augmentation est de 25 % tous les trois ans.

Tous les propriétaires d’immeubles bâtis collectifs (construits avant le 1er juillet 1997) doivent faire rechercher la présence d’amiante dans les flocages, calorifugeages, faux plafonds.

Ils doivent faire appel à un technicien de la construction qualifié et indépendant qui évaluera l’état de conservation de ces matériaux et les éventuels travaux à engager.

Depuis le 1er janvier 2003, ce technicien est attesté comme compétent à l’issue d’une formation certifiée.

Repérage de l'amiante dans les bâtiments : guide et fiches pratiques (site Ministère Santé)

Brochure "Amiante dans les bâtiments, quelles obligations pour les propriétaires ? (site Ministère Santé)

Les matériaux durs, présents dans la construction, tels que l’amiante-ciment, ne libèrent pas spontanément de fibres d’amiante ; en revanche, leur découpe, démolition, dépose, percement libèrent des poussières chargées d’amiante.

Cependant, les flocages, calorifugeages et faux plafonds contenant de l’amiante peuvent, en se dégradant, libérer spontanément des fibres d’amiante dans l’atmosphère. Les personnes résidant ou travaillant dans des immeubles renfermant ces matériaux peuvent donc être exposées de manière passive à la poussière d’amiante.

En tant que particulier, vous ne devez donc pas intervenir sur ces matériaux. Si vous travaillez dans le bâtiment, la protection des travailleurs exposés professionnellement aux poussières d’amiante a été renforcée (décret 96-98 modifié).

N’hésitez pas à demander au propriétaire de l’immeuble dans lequel vous résidez ou travaillez la communication du résultat du diagnostic effectué par le technicien de la construction ; c’est le "carnet de santé amiante" du bâtiment, vous avez le droit d’y avoir accès.

En cas de refus ou d’anomalie, le service santé-environnement de la délégation de l'ARS dans votre département sera votre interlocuteur.

L’Agence régionale de santé vérifie la  présence des dossiers techniques amiante (DTA) dans les établissements  sanitaires et médico-sociaux, ainsi que leur suivi éventuel. Elle peut également être amenée à répondre à des interrogations de particuliers et le cas échéant les orienter vers le bon interlocuteur.