Période de grand froid : les bons gestes à adopter

Article
Visuel

Chaque année des centaines de personnes sont victimes de pathologies provoquées par le froid. Plusieurs causes, directes ou indirectes, sont possibles. Retrouvez les gestes simples pour prévenir les risques liés aux vagues de grand froid.

Corps de texte

Le grand froid, le vent glacé sont des risques météorologiques qui peuvent être dommageables pour la santé : gelures, hypothermies, déclenchement de crises d’asthme et d’angines de poitrine, développement d’infections broncho-pulmonaires, l’aggravation de maladies préexistantes (notamment cardiaques et respiratoires). Comme la chaleur, le froid peut également avoir des effets à plus long terme (accidents vasculaires cérébraux, infections respiratoires, etc.).

  • Je reste chez moi autant que possible, en m’étant organisé à l’avance.
  • Si je dois absolument sortir :
    • je suis particulièrement vigilant pour les nourrissons et les enfants. Je couvre bien mon bébé, particulièrement la tête et les extrémités (mains, pieds). J'évite de placer mon nourrisson dans un porte-bébé, susceptible de comprimer ses membres inférieurs et d’entraîner des gelures. Il est préférable que mon enfant soit transporté dans mes bras, un landau ou une poussette afin qu’il puisse bouger régulièrement pour se réchauffer ;
    • dans tous les cas, je m'habille très chaudement en privilégiant les couches multiples de vêtements et je couvre les extrémités ;
    • si j'habite dans une région concernée par les risques de chutes liés à la neige, je suis vigilant. Les conséquences d’une chute, notamment chez les personnes âgées, peuvent être graves (fractures, traumatismes divers…) ;
    • si je dois prendre la route, je m'informe de l'état des routes. En cas de neige ou au verglas, je ne prends pas mon véhicule qu'en cas d'obligation forte. En tout cas, j'emmène des boissons chaudes (thermos), des vêtements chauds et des couvertures, mes médicaments habituels, mon téléphone portable chargé.
  • Je limite mes activités extérieures et les efforts physiques. Le froid favorise les pathologies cardiovasculaires, et peut provoquer des hypothermies (chair de poule, frissons, engourdissement des extrémités) ou des engelures.

Le monoxyde de carbone est un gaz toxique, incolore, inodore et donc indécelable. Il est le résultat d’une mauvaise combustion dans un appareil de chauffage (au gaz, au fioul ou au charbon) ou à une utilisation inappropriée d’un moyen de chauffage (chauffage d’appoint utilisé en continu par exemple) ou encore lorsque les aérations du logement ont été obstruées.

Afin d’éviter tout risque d’intoxication à ce gaz en cas de coupure provisoire d’électricité, il est nécessaire de respecter les précautions suivantes :

  • n’utilisez jamais de façon prolongée un chauffage d’appoint à combustion ;
  • ne vous chauffez jamais avec des appareils non destinés à cet usage (réchauds de camping, fours, brasero, barbecues, etc.) ;
  • n’utilisez jamais un groupe électrogène dans un lieu fermé (maison, cave, garage…). Ces appareils doivent impérativement être placés à l’extérieur des bâtiments ;
  • aérez régulièrement votre habitation et n’obstruez jamais les grilles de ventilation.
  • Si vous présentez les symptômes d’une intoxication (maux de tête, nausées, confusion mentale, fatigue) appelez le 15, le 18 ou encore le 112.

 

En cas d’utilisation d‘appareil de chauffage d’appoint :

  • Tout appareil de chauffage non réglementaire doit être proscrit, notamment les panneaux radiants ou radiateurs de camping à butane, four allumé porte ouverte, brûleurs de gazinières, braseros…
  • Les appareils mobiles de chauffage fonctionnant au butane, au pétrole doivent être utilisés strictement en appoint et comporter des dispositifs de sécurité (contrôleur d’atmosphère).
  • Tous les appareils doivent être utilisés conformément aux notices d’usage fournies obligatoirement par le fabricant.

 

En cas d'utilisation d'un groupe électrogène :

  • Ces appareils comportant un moteur à combustion interne doivent impérativement fonctionner en extérieur.
  • En cas de mise sous abri, celui-ci doit être totalement ventilé et indépendant des lieux d’habitation.
  • Le pot d’échappement doit être dirigé à l’opposé de tout lieu d’habitation.
  • Par ailleurs, les ouvertures d’aération ne doivent jamais être obstruées.

  •  Je pense à prendre régulièrement des nouvelles des personnes âgées ou handicapées et/ou isolées de mon voisinage ou entourage. Enfin, je n’hésite pas à appeler le 115 si je remarque une personne sans abri ou en difficulté dans la rue. En cas de situation mettant en danger la vie de la personne à la rue (hypothermie aggravée, …), il faut orienter vers le SAMU (15) ; 
  • Je reconnais chez une personne exposée au grand froid les signes annonciateurs de l’hypothermie (frissons et grelottements, somnolence, fatigue, baisse de la force musculaire, maladresse) et des gelures (décoloration de la peau, apparition de tâches blanchâtres, sensation d’engourdissement)  ;