Education thérapeutique du patient : liste des programmes autorisés en Grand Est

Article

L’éducation thérapeutique du patient (ETP) est une réponse construite entre le patient et l’équipe de soignants, pour permettre de mieux comprendre la maladie et de mieux vivre avec.

Avoir un diabète, de l’asthme, de l’hypertension ou une maladie cardio-vasculaire... change la vie, la bouleverse, touche aussi l’entourage… De plus, cela nécessite souvent la prise de médicaments et un traitement qui peut être contraignant.

Pour mieux vivre au quotidien avec la maladie chronique, des séances individuelles et en groupe sont proposées par des professionnels de santé. Cela s’appelle l’éducation thérapeutique du patient.

Parce que j’ai aussi un rôle à jouer, parce que je suis acteur de ma santé, parce que je peux agir pour ma santé !

Il existe dans la région de nombreux programme pour de multiples pathologies.  Parlez-en à votre médecin, il vous orientera vers une équipe d’ETP.

Depuis la création de l’Espace Ressources en ETP Grand Est, vous pouvez retrouver la liste actualisée de tous les programmes autorisés en région Grand Est par l’Agence Régionale de Santé ainsi que des informations en lien avec l’Education Thérapeutique du Patient sur leur site internet.

Consultez la liste des programmes autorisés en Grand Est sur le site de l'Espace Ressources en ETP

Comme les années précédentes, une enquête en ligne en vue de recueillir les données quantitatives et qualitatives sur chacun des programmes autorisés a été adressée aux 346 coordonnateurs des programmes autorisés en 2021.

L’enquête a également permis d’actualiser le nombre de programmes autorisés et actifs en 2021.

En effet, sur les 346 autorisés par l’Agence Régionale de Santé (ARS), 45 (13%) n’ont pas inclus de patients durant l’année 2021 (25 en 2021, 7,5%), soit quasiment le double ; ainsi 301 programmes étaient « actifs » au 31 décembre 2021 (87%).

Pour rappel, en 2020, 331 programmes étaient autorisés sur l’ensemble de la région Grand Est parmi lesquels 306 étaient actifs (93%).

    Quels constats pour l'année 2021 ?

    • Prépondérance confirmée de l’offre hospitalière, avec 8 programmes sur 10 ;
    • Augmentation globale des inclusions de 15,5% ; le niveau d’inclusion antérieure à la crise COVID n’a pas été rattrapé mais la tendance est à la hausse ;
    • 50% des programmes destinés aux patients diabétiques, obèses ou porteurs de pathologies cardiovasculaires ;
    • Faible nombre de programmes pour les jeunes de moins de 16 ans (21%) et forte proportion de programmes pour les plus de 65 ans soit 66 %.
    • Taux d’abandon de 9% en 2021, en baisse par rapport à 2020 ;
    • Insuffisance de l’association des patients à l’élaboration ou à la mise en œuvre du programme (seulement 32% des programmes) ;
    • Amélioration de l’information du médecin traitant ;
    • Nombre de difficultés indiquées en hausse globale de 42%, même si les coordonnateurs relèvent des difficultés liées à la crise en baisse de 23% par rapport à 2020 ;
    • Prise en compte financière de l’ARS de l’impact de la crise sanitaire pour la 2ème année consécutive.

    Au 31 décembre 2020, 331 programmes d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) étaient autorisés en région Grand Est.

    Le recueil d’activité annuel vise à dresser un portrait de l’offre des programmes d’Education Thérapeutique du Patient (ETP) sur le territoire et à identifier les difficultés rencontrées par les équipes.

    Comme les années précédentes, une enquête en ligne en vue de recueillir les données quantitatives et qualitatives sur chacun des programmes autorisés a été adressée aux 331 coordonnateurs.

    L’enquête a également permis d’actualiser le nombre de programmes autorisés et actifs en 2020.

    En effet, sur les 331 autorisés par l’Agence Régionale de Santé (ARS), 25 (7,5%) n’ont pas inclus de patients durant l’année 2020 ; ainsi 306 programmes étaient « actifs » au 31 décembre 2020 (92%).

    De façon synthétique, on peut noter que :

    • 226 ont eu une baisse du nombre d’inclusions liée à la covid 19 (37 du secteur ambulatoire (réseaux, association, …) (16%), et 189 établissements sanitaires (84%).
    • 65 programmes ont une augmentation du nombre d’inclusion.
    • Un seul porteur a indiqué que la baisse de son activité était due à une autre raison (ouverture d’un autre service dans l’établissement).

    Pour rappel, en 2019, 327 programmes étaient autorisés sur l’ensemble de la région Grand Est parmi lesquels 305 étaient actifs (93%).

    Quels constats pour l'année 2020 ?

    • l’offre hospitalière reste prépondérante, avec 8 programmes sur 10 ;
    • près de 59% des ateliers sont réalisés en ambulatoire ;
    • 80% des séances sont réalisées en individuel ;
    • la moitié des programmes est destinée aux patients diabétiques, obèses ou porteurs de pathologies cardiovasculaires ;
    • près de 66% des programmes inclus des patients de plus de 65 ans ;
    • les patients sont encore insuffisamment associés à l’élaboration ou à la mise en œuvre du programme ;
    • l’information du médecin traitant dont le patient est inclus dans un programme d’ETP s’est améliorée
    • le faible nombre de programme pour les jeunes de moins de 16 ans (19%) et la forte proportion de programmes pour les plus de 65 ans soit 66 %.

      L’année 2020 ayant été marquée par les effets de la crise sanitaire notamment les confinements, il apparait :

      • qu'une baisse du nombre d’inclusions a été observée à hauteur de 28% (- 6 414 patients).
      • que près de 2/3 des programmes n’ont pas inclus de patients ni réalisé de séances pendant le 1er confinement avec une reprise d’activité au sortir du 2ème confinement avec des modalités plutôt en téléconsultations pour les structures ambulatoires et au téléphone et en présentiel pour les établissements sanitaires.

      Au 31 décembre 2019, 327 programmes d’Education Thérapeutique du Patient (ETP) étaient autorisés en région Grand Est.

      Le recueil d’activité annuel vise à dresser un portrait de l’offre des programmes d’ETP sur le territoire du Grand Est et à identifier les difficultés rencontrées par les équipes.

      Comme les années précédentes, une enquête en ligne en vue de recueillir les données quantitatives et qualitatives sur chacun des programmes autorisés a été adressée aux 327 coordonnateurs.

      L’enquête a également permis d’actualiser le nombre de programmes autorisés et actifs en 2019. En effet, sur les 327 autorisés par l’Agence Régionale de Santé (ARS), 22 (6,7%) n’ont pas inclus de patients durant l’année 2019 ; ainsi 305 programmes étaient « actifs » au 31 décembre 2019 (93,3%).

      Pour rappel, en 2018, 338 programmes étaient autorisés sur l’ensemble de la région Grand Est parmi lesquels 309 étaient actifs (91%), ce qui démontre une certaine stabilité. En effet, ces « inactivités » sont souvent liées à des difficultés contextuelles (personnel absent, restructuration, par exemple), qui mettent le programme en « pause » quelques mois, ou à des autorisations délivrées en fin d’année.

      Les chiffres présentés dans ce rapport sont issus des données déclarées par les coordonnateurs de programme d’ETP et portent sur les 305 programmes actifs en 2019.

      En 2019, les constats sont les suivants :

      • l’offre hospitalière reste prépondérante, avec 8 programmes sur 10 ;
      • plus de la moitié des ateliers sont réalisés en ambulatoire ;
      • plus des ¾ des séances sont réalisées en individuel ;
      • la moitié des programmes est destinée aux patients diabétiques, obèses ou porteurs de pathologies cardiovasculaires ;
      • près de 70% des programmes inclus des patients de plus de 65 ans ;
      • les patients sont encore insuffisamment associés à l’élaboration ou à la mise en oeuvre du programme ;
      • l’information du médecin traitant dont le patient est inclus dans un programme d’ETP s’est améliorée.

      Au 31 décembre 2018, 338 programmes d’Education Thérapeutique du Patient (ETP) étaient autorisés en région Grand Est.

      Les données d’activité ont permis d’actualiser le nombre de programmes autorisés et actifs en 2018. En effet, sur les 338 autorisés par l’Agence Régionale de Santé (ARS), 29 (8,6%) n’ont pas inclus de patients durant l’année 2018. Les chiffres  analysés portent donc sur 309 programmes actifs en 2018.

      En 2018, 31 860 patients ont été inclus dans un programme, contre 31 151 en 2017, soit une augmentation des inclusions de 2,3%.

      Les programmes destinés à des patients porteurs de diabète, obésité ou maladies cardiovasculaires enregistrent le nombre le plus élevé de patients pris en charge : 23 416 patients, soit 73,5 % des inclusions.

      L’offre hospitalière reste prépondérante. 8 programmes sur 10 sont portés par un établissement de santé (81,8%).

      Concernant l’offre disponible en secteur ambulatoire, elle représente 18,1 % des programmes (19% en 2017) :

      • Les réseaux de santé portent 11,2% des programmes (35). Ce chiffre est légèrement en baisse par rapport à l’année passée. (38)
      • 3,8 % des programmes (12) sont portés par des Centres d’Examens de Santé de la CNAM.
      • Les Maisons de Santé Pluridisciplinaires, et les associations quant à elles, portent moins de 2,9% (9) des programmes d’ETP en Grand Est,

      Au 31 décembre 2017, 328 programmes d’Education Thérapeutique du Patient (ETP) étaient autorisés en région Grand Est.

      Les données d’activité ont permis d’actualiser le nombre de programmes autorisés et actifs en 2017. En effet, sur les 328 autorisés par l’Agence Régionale de Santé (ARS), 19 (6%) n’ont pas inclus de patients durant l’année 2017. Les chiffres  analysés portent donc sur 309 programmes actifs en 2017.

      En 2017, 31 151 patients ont commencé une démarche éducative dans un programme, contre 28 467 en 2016, soit une augmentation des inclusions de 9.4%.

      Les programmes destinés à des patients porteurs de diabète, maladies cardiovasculaires ou obésité enregistrent toujours le nombre le plus élevé de patients pris en charge : 22 565 patients, soit 72 % de la file active.

      L’offre hospitalière reste prépondérante avec 8 programmes sur 10 qui sont portés par un établissement de santé (81.2%).

      Concernant l’offre disponible en secteur ambulatoire, elle représente 19 % des programmes :

      • Les réseaux de santé portent 12.3% des programmes (38).
      • 4 % des programmes (13) sont portés par des Centres d’Examens de Santé de l’Assurance Maladie.
      • les Maisons de Santé Pluridisciplinaires, et les associations quant à elles, portent moins de 2% (7) des programmes d’ETP en Grand Est.

      Au 31 décembre 2016, 333 programmes d’Education Thérapeutique du Patient (ETP) étaient autorisés en région Grand Est. 

      Au vu des bilans d’activité annuels complétés par les porteurs de programmes autorisés, 28.467 patients ont débuté une démarche éducative dans un programme d’ETP en 2016 ; parmi eux, 20.185 sont atteints de maladies métaboliques (soit 71%) et 50 % des programmes sont destinés aux patients atteints de maladies métaboliques (diabète, obésité, maladies cardiovasculaires). 

      La majorité des programmes reste portée par des établissements de santé publics (221 programmes, soit 70 %). Les réseaux de santé et les associations portent une part importante des programmes en ambulatoire (46 programmes soit 15 %) mais d’autres acteurs comme les maisons de santé pluriprofessionnelles, les centres d’examens de santé de l’Assurance Maladie ou les UGECAM sont également promoteurs de programmes ETP.

      En 2017, 9.3 M€ ont été consacrés au financement des programmes autorisés d’ETP mis en œuvre en ambulatoire, soit 258 programmes sur 331 (95 en sur le territoire alsacien, 65 sur le territoire champardennais et 98 sur le territoire lorrain). Les modalités de financement ont été harmonisées au niveau régional