Tous ensemble pour votre santé

Semaine régionale des dépistages VIH, hépatites et IST en Grand Est : soyez à l'heure !

Actualité
Date de publication
Visuel
Campagne dépistage COREVIH 2019-Encart "Il est l'heure de se faire dépister !"
Du 25 novembre au 1er décembre 2019, le COREVIH Grand Est organise une Semaine régionale des dépistages VIH, hépatites et IST.

En France, près de 6200 personnes ont découvert en 2018 leur infection par le VIH dont 30% à un stade avancé. Et environ 24 000 personnes ignorent leur séropositivité, dont près de 1200 en Grand Est.
Corps de texte

En France, l’Inserm estime à environ 173 000 le nombre de personnes vivant avec le VIH, dont 24 000 méconnaissent leur infection et environ 6200 personnes sont contaminées chaque année. Concernant l’hépatite virale C, le nombre de personnes ayant une infection chronique par le VHC a été estimé à 133 500 en 2016, soit 0,30% de la population générale métropolitaine. Parmi ces personnes, 26 000 ignorent leur infection. Et les infections sexuellement transmissibles (IST) sont en recrudescence (syphilis, chlamydia, gonocoque,…). Pourtant de nombreux progrès ont été faits en matière de prévention et différents traitements permettent à chacun de rester en bonne santé.

C'est pourquoi à l'occasion de journée mondiale de lutte contre le sida, l'ARS Grand Est soutient le COREVIH Grand Est par l'organisation du 25 novembre au 1er décembre d'une Semaine régionale des dépistages (VIH, Hépatites et IST ) sur tout le Grand Est.

En Grand Est, il est l'heure de se faire dépister ! 

Cette semaine régionale des dépistages organisée par le COREVIH Grand Est s’inscrit dans la stratégie nationale de santé sexuelle qui vise à promouvoir et banaliser le dépistage auprès des publics les plus exposés et vulnérables à ces infections.

Dans ce cadre, cette campagne sur l’incitation au dépistage, déclinée autour du message "Il est l'heure de se faire dépister", est l’occasion pour les structures intervenant auprès de ces populations d’organiser des actions de sensibilisation et d’information ainsi que des actions de dépistage hors les murs.

Logo COREVIH Grand Est

 

Les objectifs de cette campagne :

  • Promouvoir et banaliser le dépistage du VIH, des hépatites et des IST,
  • Réduire les occasions manquées de dépistage,
  • Rompre les chaines de contamination (à partir des personnes qui ignorent qu’elles sont infectées par le VIH ou le VHC),
  • Réduire les retards au diagnostic des infections à VIH, VHC et des IST.

Pour cela, de nombreux acteurs se mobilisent en région Grand Est : les CeGIDD (Centres Gratuits d’Information, de Dépistage et de Diagnostic), les associations de prévention, les services de soins, les établissements médico-sociaux… qui vont proposer tout au long de cette semaine régionale des actions de sensibilisation et d’information pour le grand public mais aussi auprès des professionnels, des actions de dépistage en allant au-devant des publics, notamment les plus exposés au VIH, VHC et IST ou éloignés du système de santé, des offres de dépistage ciblées (migrants, personnes en situation de grande précarité, travailleurs du sexe, détenus, HSH...) et des ouvertures élargies des CeGIDD.

Retrouvez le programme de la Semaine des dépistages en Grand Est sur le site internet du COREVIH GRAND EST : www.corevih-grandest.fr 

Ce site internet propose des informations sur les outils de prévention, le dépistage et les traitements ainsi qu'une cartographie régionale permettant de trouver l’adresse la plus proche pour se faire dépister, prescrire un Traitement Post Exposition, de la PrEP, et pour se faire soigner…

Journée mondiale contre le Sida : "VIH/IST : se faire dépister, c'est prendre soin de son avenir" 

Comme chaque année à l'occasion de la journée mondiale contre le Sida, le ministère des Solidarités et de la Santé et Santé Publique France lancent une nouvelle campagne de prévention avec comme objectif pour cette année de banaliser la démarche de dépistage du VIH et des autres IST, en favorisant le recours au dépistage hors de toute notion d’exposition au risque .

Bandeau affiches SpF-Campagne VIH-IST 2019

Les dernières données de 2018, publiées par Santé publique France montrent un recul du VIH en France : le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité au VIH diminue de manière significative par rapport à 2017 (-7%). La santé sexuelle est un enjeu prioritaire de la politique de santé menée par la ministre des Solidarités et de la Santé avec pour objectif de mettre fin à l’épidémie de sida d’ici 2030 et de faire évoluer les représentations sociales. 

Toutefois, malgré ces données encourageantes, près d’un tiers des découvertes de séropositivité sont toujours trop tardives : 30% des personnes ont été diagnostiquées en 2017 à un stade avancé de l’infection à VIH. La moitié des découvertes de séropositivité (52%) ont concerné des personnes déclarant n’avoir jamais été testées auparavant. Dans les populations où un dépistage régulier est recommandé (hétérosexuels nés à l’étranger et HSH), cette proportion est respectivement de 68% et 33%.

Il est donc nécessaire de poursuivre les actions engagées et de renforcer, en parallèle d’une approche en population générale, une approche ciblée en direction des populations les plus exposées au VIH.

Dans un contexte de prévention diversifiée du VIH (préservatif, prophylaxie préexposition -PrEP-, traitement post-exposition -TPE-, « treatment as prevention » -TASP-), le dépistage du VIH doit donc être encore intensifié, notamment auprès des publics les plus vulnérables, afin de réduire le nombre de personnes qui ignorent leur séropositivité et leur permettre de bénéficier d’un traitement antirétroviral, pour un bénéfice à la fois individuel et collectif.

L’ensemble de ces mesures permettra de réduire à termes le nombre de nouvelles contaminations par le VIH.