Projets prostitution et réduction des risques

Appel à projets / candidatures / manifestation d'intérêt
Environnement, santé publique et prévention
Statut
En cours d'attribution

Accroche
Lancement d’un appel à projets visant à soutenir des actions relatif à la réduction des risques des personnes prostituées.

Corps de texte

L'objectif est d'améliorer la santé globale des personnes en situation de prostitution grâce à la prévention, au dépistage précoce, à l’accompagnement, au renforcement du savoir-faire. Cette démarche de réduction des risques doit viser à prévenir les dommages sanitaires, psychologiques et sociaux résultant des pratiques prostitutionnelles.

Ces actions doivent ainsi :

  • Prévenir les infections sévères, aiguës ou chroniques, les pathologies somatiques non infectieuses et les pathologies psychiques ;
  • Orienter en fonction des besoins les personnes vers les services de soins généraux, de soins spécialisés, les services d’addictologie, les services de santé mentale, les services sociaux et d’urgence, les associations agréées chargées de la mise en œuvre du parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle ;
  • Participer à améliorer leur état de santé physique et psychique ;

Public cible

Les personnes en situation de prostitution elles-mêmes quel que soit leur sexe, leur identité sexuelle de genre ou leur orientation sexuelle.

Objectifs 

Les actions concernées doivent avoir pour objectif d'améliorer la santé globale des personnes en situation de prostitution grâce à la prévention, au dépistage précoce, à l’accompagnement, au renforcement du savoir-faire. Cette démarche de réduction des risques doit viser à prévenir les dommages sanitaires, psychologiques et sociaux résultant des pratiques prostitutionnelles.

Ces actions doivent ainsi :

  • Prévenir les infections sévères, aiguës ou chroniques, les pathologies somatiques non infectieuses et les pathologies psychiques ;
  • Orienter en fonction des besoins les personnes vers les services de soins généraux, de soins spécialisés, les services d’addictologie, les services de santé mentale, les services sociaux et d’urgence, les associations agréées chargées de la mise en œuvre du parcours de sortie de la prostitution et d’insertion sociale et professionnelle ;
  • Participer à améliorer leur état de santé physique et psychique ;

Le projet doit comporter un volet d’accompagnement social non financé par l’ARS.

Le projet peut être annuel ou pluriannuel.

Qui peut intervenir ?

  • Les professionnels du champ sanitaire, social et éducatif,
  • Les professionnels de la médiation (médiateurs, interprètes, modérateurs de forums internet), des associations humanitaires,
  • Les associations de santé communautaire ou toute association impliquée sur cette thématique.

Les intervenants peuvent être rémunérés ou bénévoles. Les pairs peuvent participer aux interventions.

Où intervenir ?

  • Dans les locaux spécifiques/dispositifs mobiles (bus…)
  • Dans les lieux publics fréquentés par les personnes prostituées (rue, gare, etc…)
  • Dans les lieux de rassemblements publics, festifs, culturels, sportifs temporaires
  • Dans les lieux commerciaux ou privés (établissements de nuit, saunas, bar, etc.)
  • Sur les sites de rencontres, petites annonces, réseaux sociaux
  • Au sein des ensembles d’habitations

Quand intervenir ?

Dans la journée, la nuit, y compris les week-ends et jours fériés

Comment intervenir ?

Outre les axes prévus dans le décret, l’ARS accordera de l’importance aux points suivants :

  • La mise en place  d’une démarche d’ « aller-vers »
  • Une offre de services diversifiée
    • L’accueil inconditionnel, personnalisé et confidentiel
    • L’information des personnes (risques liés à la prostitution et moyens de prévention (voir annexe 1), accès aux droits);
    • La mise à disposition de ressources (espace de repos, boissons/nourriture, matériel de prévention)
    • La promotion et l’éducation pour la santé ;
    • Les conseils personnalisés sous forme d’entretiens individuels ou collectifs
    • L’orientation et l’accompagnement vers les services adaptés (voir annexe 2) (structures distribuant des colis alimentaires, structures spécialisées de dépistage Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD) ou en partenariat avec des CAARUD formés et/ou sensibilisés à ces publics spécifiques)
    • La réalisation de dépistages
    • L’aide à l’accès aux services (ex : prévention globale/outils de prévention (voir annexe 3)) et aux droits
  • La participation active et libre des personnes (développer des réponses de santé, entraide/soutien par les pairs)
  • La mobilisation de médiateurs (ex : médiation avec la police), d’interprètes

Critéres d'exclusion :

  • Les porteurs de projet n’ayant aucune expérience dans ce domaine ;
  • Les porteurs n’ayant aucune formation, compétences dans les domaines suivants (prévention et réduction des risques,  conseils par entretiens individuels/collectifs, démarche de santé communautaire)
  • Des actions nécessitant le recrutement de personnel pérenne ;
  • Des actions ou des outils déjà existants ;
  • Des actions centrées uniquement sur le dépistage (ou TROD) et/ou la mise à disposition de préservatifs.

Les demandes de subvention CERFA 12156*05 seront à communiquer le 14/06/2021 au plus tard. Une version électronique sera à adresser à l’adresse email : ARS-GRANDEST-DEPARTEMENT-PREVENTION@ars.sante.fr .

Ces demandes devront s’accompagner d’un RIB (relevé d’identité bancaire), ainsi que les comptes de l’association pour l’année 2020.

Les projets seront étudiés par un comité de sélection régional le 5 juillet 2021.

Le retour aux porteurs quant à leur candidature sera effectué à partir du 6 juillet par l’ARS.

Aller plus loin

Documents à télécharger