Programmes d'Education Thérapeutique du Patient en région Grand Est - Analyse des données 2019

Etude et rapport
Date de publication
Visuel
Vignette ETP Bilan activité 2019
Au 31 décembre 2019, 327 programmes d’Education Thérapeutique du Patient (ETP) étaient autorisés en région Grand Est.
Comme chaque année depuis 2016, les coordonnateurs de programmes d'ETP ont transmis à l'ARS leurs données d'activités qui ont permis de dresser un portrait de l’offre des programmes sur le territoire et d’identifier les problématiques rencontrées par les équipes.
Corps de texte

Le recueil d’activité annuel vise à dresser un portrait de l’offre des programmes d’ETP sur le territoire du Grand Est et à identifier les difficultés rencontrées par les équipes.

Comme les années précédentes, une enquête en ligne en vue de recueillir les données quantitatives et qualitatives sur chacun des programmes autorisés a été adressée aux 327 coordonnateurs.

L’enquête a également permis d’actualiser le nombre de programmes autorisés et actifs en 2019. En effet, sur les 327 autorisés par l’Agence Régionale de Santé (ARS), 22 (6,7%) n’ont pas inclus de patients durant l’année 2019 ; ainsi 305 programmes étaient « actifs » au 31 décembre 2019 (93,3%).

Pour rappel, en 2018, 338 programmes étaient autorisés sur l’ensemble de la région Grand Est parmi lesquels 309 étaient actifs (91%), ce qui démontre une certaine stabilité. En effet, ces « inactivités » sont souvent liées à des difficultés contextuelles (personnel absent, restructuration, par exemple), qui mettent le programme en « pause » quelques mois, ou à des autorisations délivrées en fin d’année.

Les chiffres présentés dans ce rapport sont issus des données déclarées par les coordonnateurs de programme d’ETP et portent sur les 305 programmes actifs en 2019.
 

En 2019, les constats sont les suivants :

• l’offre hospitalière reste prépondérante, avec 8 programmes sur 10 ;
• plus de la moitié des ateliers sont réalisés en ambulatoire ;
• plus des ¾ des séances sont réalisées en individuel ;
• la moitié des programmes est destinée aux patients diabétiques, obèses ou porteurs de pathologies cardiovasculaires ;
• près de 70% des programmes inclus des patients de plus de 65 ans ;
• les patients sont encore insuffisamment associés à l’élaboration ou à la mise en oeuvre du programme ;
• l’information du médecin traitant dont le patient est inclus dans un programme d’ETP s’est améliorée.