Plan Investir pour l’Hôpital : la mise en œuvre est engagée en Grand Est

Actualité
Date de publication
Visuel
Avec les mesures du plan Investir pour l’Hôpital, le Gouvernement souhaite poursuivre et accélérer la mise en œuvre de Ma Santé 2022 et la transformation du système de santé, en réaffirmant le rôle clé de l’hôpital public en France.
Corps de texte

Le plan Investir pour l’Hôpital est structuré autour de trois axes :

  • l’attractivité des métiers et la fidélisation des soignants,
  • le dialogue et la gestion au quotidien de l’hôpital,
  • le niveau des moyens pour l’hôpital.

Ces mesures apportent des solutions supplémentaires à la situation de l’hôpital et des réponses à la crise qu’il traverse aujourd’hui.

Afin d’assurer la mise en œuvre régionale de ces mesures, l’ARS Grand Est et la FHF ont souhaité agir de concert pour accompagner la déclinaison des mesures nationales, en associant les établissements de santé à la mise en œuvre.

A cette fin,  un processus de dialogue est organisé avec les établissements publics de santé au niveau de chaque Groupement hospitalier de territoire (GHT).

Ainsi au cours du 1er trimestre 2020, des réunions thématiques seront organisées avec l’ensemble des GHT pour traiter des ressources humaines en santé et de l’investissement à l’hôpital, qui s’inscrivent dans le 1er et le 3ème axe du plan national.

Pour réussir le plan investir pour l’hôpital et plus largement la transformation du système de santé, il est indispensable de définir une véritable stratégie en matière de ressources humaines tant médicales que non médicales qui soit mise en œuvre au niveau de chaque établissement de santé et au niveau territorial.

A partir d’un état des lieux des ressources actuelles et des projections de la démographie médicale et non médicale des établissements de santé et des besoins identifiés au niveau du territoire du GHT, des perspectives en matière d’évolution des métiers et des prises en charge, il s’agit d’élaborer un plan d’actions par filière de soins en s’appuyant sur les leviers mis à disposition par le plan investir l’hôpital.. La réflexion doit notamment conduire à la mise en place d’équipes de territoire.

Avec l’appui des partenaires, en particulier des collectivités territoriales, il s’agit également de définir les conditions de réussite permettant de renforcer l’attractivité des territoires de la région Grand Est et leurs capacités d’accueil et de formation des professionnels de santé.

L’enjeu est majeur et doit, pour réussir, mobiliser toutes les parties prenantes. L’ARS s’engage à mener à bien cette démarche collective dans tous les territoires de la région au bénéfice de l’ensemble de la population.

Afin de soutenir l’investissement courant, une enveloppe spécifique de 13,4 millions d’euros a été identifiée au niveau national pour la région Grand Est ; l’ARS a complété cette enveloppe avec 3,5 M€ de crédits régionaux.  Ils ont été répartis entre les GHT de la région, charge à ces derniers de prioriser entre les établissements membres les investissements prioritaires.

Ces crédits doivent permettre de financer des besoins urgents, susceptibles d’améliorer le fonctionnement quotidien des services de soins. Sont concernés l’acquisition de petits équipements et matériels, ou de petites opérations de travaux.

Les professionnels de santé via les responsables de pôle et des unités de soins doivent être associés aux décisions d’utilisation de ces crédits.

Le Gouvernement s’est engagé à reprendre 1/3 de l’encourt de la dette des établissements de santé, soit 10 Mds€ au niveau national.

Les modalités de mise en œuvre de reprise de la dette sont encore à déterminer en grande partie. Il est cependant d’ores et déjà précisé qu’elle s’effectuera sur la base du volontariat et en contrepartie d’engagements des établissements s’inscrivant dans la démarche :

  • pour renforcer l’efficience de la gestion/restaurer des rations financiers ;
  • pour améliorer l’organisation de l’offre ;
  • pour investir dans la transformation.

Il s’agit pour l’ARS Grand Est d’utiliser ces moyens complémentaires afin d’accompagner les évolutions nécessaires dans l’organisation de l’offre de soins sur un territoire. La réflexion doit être portée au sein de chaque GHT et s’inscrire dans la stratégie de ce dernier.