Tous ensemble pour votre santé

Partenariat renforcé entre l’ARS et l’URPS Pharmaciens

Actualité
Date de publication
Visuel
CPOM ARS Grand Est - URPS Pharmaciens
L’ARS Grand Est et l’URPS Pharmaciens Grand Est signeront fin décembre un contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens (CPOM) afin de renforcer leur partenariat. Le Dr Christophe WILCKE, président de l’URPS Pharmaciens Grand Est et Wilfrid STRAUSS, directeur des soins de proximité à l’ARS Grand Est nous expliquent l’intérêt d’une contractualisation et les axes de travail retenus.
Corps de texte

Quel est pour vous, l’intérêt d’un CPOM ?

Dr Christophe WILCKE - L’URPS Pharmaciens a dans ses missions la possibilité de contractualiser avec l’ARS. Engagée depuis toujours dans une démarche d’amélioration de l’exercice professionnel du pharmacien au service de la population et ayant pris part activement aux travaux du futur Projet régional de santé, l’URPS a souhaité formaliser son partenariat avec l’ARS au travers d’un CPOM. Il permettra aux membres élus de définir leurs axes de travail pour le reste du mandat, d’avoir une vision partagée avec l’ARS des thématiques et actions inscrites dans le CPOM, de pouvoir présenter dans différentes instances les résultats obtenus et d’avoir une orientation en matière de budget. Tout ceci devant contribuer à réaliser le bon soin, au bon moment, pour le bon patient, par le pharmacien d'officine, un professionnel de santé de proximité.
 

De façon très concrète, quels sont les axes de travail retenus et inscris dans le CPOM ?

Wilfrid STRAUSS - Les axes de travail du CPOM ont été définis en lien avec la Stratégie nationale de santé et le Projet régional de santé 2018-2027 de la région Grand Est qui définira les priorités de la politique régionale de santé à mener dans les 5 et 10 ans à venir. Un des axes du CPOM est également convergent avec les avenants 11 et 12 de la dernière convention nationale des pharmaciens signée le 20 juillet 2017, introduisant le bilan de médication chez la personne âgée.

Ainsi, parmi les principaux axes retenus, nous pouvons citer des actions de prévention avec le lancement d’une nouvelle campagne de dépistage du diabète de type 2 après une première expérimentation menée en 2017 ; la participation de la région Grand Est à l’expérimentation de vaccination des adultes contre la grippe ou encore la conduite d’un projet de formation des pharmaciens aux chimiothérapies orales et à l’accompagnement des patients pour une meilleure observance aux traitements, en lien avec le réseau régional ONCOLOR.

Un autre axe de travail retenu, en lien avec l’objectif de faire évoluer le système de santé dans une logique de parcours, consiste à faciliter le lien ville-hôpital par le test d’outils d’aide à la conduite de la conciliation médicamenteuse pour sécuriser la prise en charge médicamenteuse. Enfin le bilan d’une expérimentation de bilan médicamenteux chez la personne âgée menée en officine permet d’envisager une évolution du métier du pharmacien dans le cadre d’une coopération interprofessionnelle autour de la sécurisation médicamenteuse.