Tous ensemble pour votre santé

Maladie de Lyme : présentation des résultats de l'étude Alsa(ce)tique 2014-2015

Communiqué de presse
Visuel
Piqures de tiques
Les tiques font l’objet d’une attention particulière en région Grand Est depuis plusieurs années, et plus particulièrement sur les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. En 2014 et 2015, Santé publique France, à la demande de l’Agence Régionale de Santé, a réalisé une étude d’incidence de trois pathologies transmises par les tiques sur le territoire alsacien.
Corps de texte

Principaux résultats de l’étude de Santé publique France

L’étude Alsa(ce)tique 2014-2015 a permis d’estimer le nombre de cas de borréliose de Lyme sur le territoire alsacien à 2 200 cas par an, soit un taux d’incidence annuel moyen de 117 cas / 100 000 habitants [IC 95% : 109-126], incidence plus de deux fois supérieure à celle de la moyenne de la France métropolitaine (51 cas / 100 000 habitants en 2015 [IC95% : 38-64]). Les taux d’incidence varient fortement selon le canton d’exercice des médecins, les plus élevés étant dans les cantons situés à proximité du massif vosgien.

La majorité des cas étaient des hommes et 90 % des cas étaient âgés de 16 ans ou plus (âge médian de 55 ans). Chez les enfants, les 5-9 ans sont les plus touchés par la borréliose de Lyme. Chez les adultes, ce sont les tranches d’âge les plus âgées, et en particulier les 60-64 ans.

Près de 8 % des cas âgés entre 16 et 60 ans exerçaient une profession les exposant davantage aux piqûres de tique (agriculture, gestion forestière, animateur nature, employé de jardinerie, paysagiste).

La fréquentation habituelle d’au moins un lieu à risque était rapportée dans 91 % des cas. Il s’agissait de forêts (74 %), jardins publics ou privés (47 %) et prairies (33 %). Pour 64 % des formes précoces localisées, une piqûre de tique était rapportée dans le mois précédant la survenue des symptômes. Dans 13 % des cas, aucune notion de piqûre n’était retrouvée.
 

Améliorer les actions de prévention, une priorité de l'Agence Régionale de Santé

Compte tenu des interrogations que suscite la maladie de Lyme, l'Agence Régionale de Santé Grand Est a lancé dès 2015 sur les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, une campagne d'information et de sensibilisation auprès du grand public (affiche, dépliant, installation de panneaux d’information à l’entrée des forêts).

Panneau d'information à l'entrée d'une forêt

Cette campagne destinée au grand public a, par la suite, été déployée sur le territoire lorrain et le sera cette année, sur le territoire champardennais car la prévention reste la première arme pour lutter contre cette maladie.

Afin de sensibiliser les professionnels de santé, l'Agence Régionale de Santé Grand Est a également organisé des soirées d'information sur le diagnostic et le traitement de la borréliose de Lyme. Ces réunions animées par des spécialistes du sujet, ont rencontré un franc succès : plus de 162 participants sur le territoire alsacien et 338 sur le territoire lorrain. Ces soirées seront également déployées sur le territoire champardennais en septembre prochain.
 

Des consultations spécialisées à Strasbourg et Nancy

Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et le CHRU de Nancy proposent des consultations spécialisées pour une prise en charge plurisdisciplinaire et un suivi spécifique des patients. Toute personne souffrant de symptômes compatibles avec une borréliose de Lyme et ayant une suspicion d'exposition à cette bactérie (antécédent de piqûre de tique et/ou sérologie positive) peuvent, à la demande de leur médecin traitant, bénéficier de ces consultations.

En France, seuls 3 établissements proposent des consultations spécialisées : les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, le CHRU de Nancy et le CHU de Nantes.