Tous ensemble pour votre santé

Le service sanitaire se met en place pour 4 200 étudiants en santé de Grand Est à la rentrée 2018

Actualité
Date de publication
Visuel
Trois Jeunes
Crédits 123 RF
A partir de la rentrée universitaire 2018-2019, le service sanitaire va s'inscrire dans la formation initiale d’étudiants en médecine, en pharmacie, en odontologie, en maïeutique, en soins infirmiers et en kinésithérapie et conditionnera l’obtention de leur diplôme. Il consiste en la réalisation d’actions concrètes de prévention auprès de publics identifiés comme prioritaires.
Corps de texte

A qui s'adresse le service sanitaire ?

Pour la rentrée universitaire 2018-2019, ce sont environ 4200 étudiants qui sont concernés en Grand Est : les étudiants infirmiers, les étudiants en médecine, en pharmacie, en odontologie, en maïeutique et en kinésithérapie. Le dispositif sera généralisé à toutes les formations en santé à la rentrée 2019-2020.

 

Quel est le principe ?

Pendant plusieurs semaines, les étudiants mènent des actions sur des thématiques relevant d’enjeux prioritaires de prévention en santé pour la région, notamment :

  • l’alimentation ;
  • l’activité physique ;
  • les addictions ;
  • la santé sexuelle.

Ces actions pourront être complétées par des thématiques comme :

  • la sensibilisation à la vaccination ou la prévention buccodentaire (notamment pour les étudiants en odontologie) ;
  • ou d’autres thématiques en lien avec les priorités régionales (sensibilisation à certains dépistages, troubles du sommeil, écrans, hygiène, aide à la parentalité, gestes qui sauvent, etc.)

 

Quelle est la durée du service sanitaire ?

Le service sanitaire doit durer 3 mois à mi-temps (ou six semaines à temps plein, ou 60 demi-journées, selon l'organisation retenue) et dont la moitié est consacrée à la réalisation de l’action concrète.

 

Où interviendront les étudiants ?

Dans un premier temps, les collèges, lycées et universités sont préconisés.

A terme, le service sanitaire est amené à se développer dans d’autres lieux :

  • les administrations,
  • les établissements de santé et médico-sociaux (notamment les lieux de vie des personnes en situation de handicap),
  • les structures d’accompagnement social (notamment les crèches, les PMI, les Centres d‘hébergement et de réinsertion sociale (CHRS),
  • les lieux de prise en charge judiciaire et les lieux de privation de liberté.

 

Quels sont les résultats attendus ?

Le service sanitaire poursuit plusieurs objectifs, à la fois auprès des étudiants et du grand public :

  • Initier les étudiants aux enjeux de la prévention primaire définie par l’Organisation mondiale de la santé comme l’ensemble des actes mis en œuvre dans l’objectif de réduire l’incidence d’une maladie ou d’un problème de santé par la diminution des causes et des facteurs de risque ;
  • Permettre la réalisation d’actions concrètes de prévention primaire participant à la politique de prévention et de lutte contre les inégalités sociales et territoriales d’accès à la santé mise en place par la stratégie nationale de santé ;
  • Favoriser l’inter professionnalité et l’interdisciplinarité lors des formations suivies et des actions réalisées ;
  • Intégrer la prévention dans les pratiques des professionnels de santé.

 

 

Quel pilotage ?

Le comité régional du service sanitaire a été mis en place le 19 avril 2018 afin d'assurer la mise en place opérationnelle à la rentrée 2018 et le suivi du dispositif. Il est co-présidé par Christophe Lannelongue, Directeur Général de l'ARS Grand Est et Florence Robine, Rectrice de l'académie de la région Grand Est.

Le comité intègre également les parties prenantes du dispositif : facultés, instituts de formation, représentants des étudiants, services de l'Etat, Conseil régional.

Son rôle est de :

  • déterminer la stratégie visant à assurer la mise en œuvre du service sanitaire ;
  • élaborer une liste des thématiques d’actions de prévention sur la base des thématiques prioritaires (nationales et régionales) ;
  • identifier les publics auprès desquels le service sanitaire peut être effectué sur la base des publics prioritaires ;
  • veiller à faciliter la mise en œuvre des principes d’inter-professionnalité et de pluridisciplinarité dans la réalisation des actions du service sanitaire ;
  • s’assurer d’une répartition équilibrée de la réalisation des actions du service sanitaire sur le territoire ;
  • présenter chaque année un suivi et une évaluation des actions réalisées.

 

Origine du dispositif

Le service sanitaire constitue un engagement présidentiel et s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de santé dont le premier axe est de mettre en place une politique de prévention et de promotion de la santé.