Tous ensemble pour votre santé

L’ARS Grand Est poursuit son action en faveur de la pertinence des journées d’hospitalisation

Actualité
Date de publication
Visuel
Médecins et patient en entretien
Pour la 2ème année consécutive, l’ARS Grand Est a accompagné un groupe d’établissements volontaires dans l’amélioration de la pertinence des journées d’hospitalisation. Après une phase d'étude auprès de 5 établissements, il ressort que 32 % des journées d’hospitalisation sont potentiellement évitables. Des plans d'actions sont envisagés pour travailler à l’amélioration des pratiques.
Corps de texte

Pourquoi un audit sur la pertinence des journées d’hospitalisation ?

La démarche proposée par l’ARS Grand Est vise à évaluer l’organisation des unités et à identifier des leviers pour l’amélioration de leurs performances internes. Elle permet de réaliser une photographie objective de la performance organisationnelle de chaque établissement et d’engager une démarche d’amélioration interne. Pour ce faire, les établissements ont utilisé l’outil Perti>Journée développé par le cabinet Cerclh.

L’audit a été réalisé entre novembre 2018 et février 2019, auprès de 5 établissements soit 11 unités de médecine à profil gériatrique (minimum 30% de patients de plus de 75 ans).

 

Quels résultats de l'étude "Pertinence des journées d'hospitalisation" ?

Il est ressorti de l’analyse des différents résultats de l’étude que 32 % des journées d’hospitalisation sont potentiellement évitables, le patient étant évalué stable pour la sortie ou le transfert. Cela représente en moyenne 2,15 journées d’hospitalisation en moins pour les patients.

A l’origine de ces journées évitables, se trouve les directives médicales dans plus de 56% des cas (demande d’examen complémentaires, plan de soins imprécis etc.) suivi par les difficultés liées à l’aval dans 30 % des cas, notamment sur les problématiques sociales liées au patient ou à sa famille.

Les principales catégories de motifs évoqués sur les directives médicales sont :

  1. Les explorations cardio-vasculaires,
  2. L’imagerie médicale
  3. Les analyses de laboratoire
  4. Les observations
  5. La pharmacothérapie
  6. Les consultations médicales

Ces premières catégories convergent avec celles liées à l’organisation de l’hôpital pour les délais d’attente après prescription d’Imagerie médicale.

Au regard des différents résultats, les leviers d’améliorations restent principalement entre les mains des professionnels des unités. L’évolution des pratiques doit s’appuyer sur un questionnement concernant le niveau de soin à apporter au patient en hospitalisation complète, et ce, en fonction des besoins.

 

Perspectives

Suite à cette étude, les établissements vont élaborer des plans d’actions pour travailler à l’amélioration de leurs pratiques.

De nouvelles rencontres seront prévues dans les 12 prochains mois afin de faire le point et de partager l’avancée des différentes actions mises en œuvre par les établissements.

La pertinence étant un axe prioritaire du Projet Régional de Santé 2018-2022, l’ARS Grand Est souhaite poursuivre cette démarche et de nouvelles actions seront par conséquent proposées aux établissements.
 

 

Aller plus loin

Liens utiles