Tous ensemble pour votre santé

La rougeole : une maladie à prendre au sérieux !

Actualité
Date de publication
Visuel
affiche rougeole
Une recrudescence de cas de rougeole, maladie très contagieuse, touche actuellement plusieurs pays européens, y compris la France. Depuis novembre 2017, 16 cas ont été déclarés dans le Grand Est, dont un foyer de cas dans le sud ardennais, et plus de 1600 cas en France dont un décès. Toutes les mesures de santé publique destinées à assurer la sécurité sanitaire de la population ont été prises
Corps de texte

Professionnels de santé : retrouvez l'ensemble des conduites à tenir sur cette page 

La rougeole : une maladie à prendre au sérieux !

La rougeole est une infection virale, l’une des maladies infectieuses classée comme les plus contagieuses et pour laquelle l’OMS a établi un plan d’élimination mondial. La transmission se fait essentiellement par voie aérienne soit directement auprès d’un malade, soit indirectement du fait de la persistance du virus dans l’air ou sur une surface contaminée pendant plusieurs heures .

Une personne contaminée par la rougeole peut infecter entre 15 et 20 personnes !

La rougeole se manifeste par l’apparition d’une fièvre élevée (supérieure à 38,5°C), d’une éruption cutanée, de la persistance d’une toux, d’une rhinite ou d’une conjonctivite. L’éruption dure 5 à 6 jours. Les formes graves sont plus fréquentes chez les nourrissons de moins de 1 an et chez les adultes de plus de 20 ans. Elles peuvent nécessiter une hospitalisation en cas de pneumonie ou de complications neurologiques graves, pouvant aller jusqu’au décès.

Rappel : suspicion de rougeole =  fièvre supérieure ou égale à 38,5°C

+ éruption cutanée

+ au moins un des signes suivants : conjonctivite, coryza, toux, signe de Koplik.

La vaccination pour limiter les risques de propagation

Lorsqu’un foyer épidémique de rougeole est identifié, les investigations épidémiologiques mettent en évidence une absence de vaccination, ou une vaccination incomplète, chez la grande majorité des personnes infectées.

Tous les personnes nées après 1980 devraient être vaccinés contre la rougeole. C’est une vaccination très efficace qui protège de la maladie dans près de 100% des cas après 2 doses de vaccin. C’est pourquoi, depuis le 1er janvier 2018, la vaccination contre la rougeole fait partie des 11 vaccinations obligatoires pour les enfants de moins de 2 ans, selon le schéma suivant :

•  Une 1ère dose du vaccin trivalent contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) à 12 mois
•  Une 2ème dose du vaccin trivalent entre 16 et 18 mois
•  Un rattrapage pour les enfants, adolescents et adultes nés depuis 1980 et  qui n'auraient reçu qu'une seule dose.
Si vous n’êtes pas à jour, faites rapidement le point avec votre médecin traitant.

En France, la couverture vaccinale reste insuffisante et le virus circule toujours de manière active.
Ainsi en région Grand Est, la couverture vaccinale est  inférieure à 85%, et 4 départements sont sous la moyenne nationale particulièrement faible de 78.8% (Vosges, Moselle, Haute Marne et Aube). Ce défaut de couverture vaccinale explique les foyers épidémiques de rougeole auxquels notre région a dû faire face en 2015 en Alsace, avec plus de 230 cas recensés, ou encore en 2017, avec près de 70 cas recensés en Moselle et 12 cas recensés dans le Bas Rhin.
En comparaison, seul 12 cas ont été déclarés dans notre région pour toute l'année 2016 alors que depuis novembre 2017, 14 cas de rougeole ont déjà été répertoriés, dont un foyer de cas dans le sud ardennais.

Tant que la couverture vaccinale n’atteindra pas le niveau de 95 %, le risque d’épidémie persistera.
La rougeole peut atteindre toutes les populations mais les formes les plus graves touchent les nourrissons de moins de un an, les femmes enceintes et les jeunes adultes. Il est d’autant plus important d’être à jour de ses vaccinations si vous avez dans votre entourage une personne à risque : votre nourrisson de 4 mois, votre oncle sous chimiothérapie, votre amie enceinte ou en âge de procréer…
C’est pourquoi les professionnels de santé et de la petite enfance doivent également vérifier et mettre à jour leur vaccination pour éviter la propagation de cette maladie et protéger les patients les plus fragiles.

La vaccination est nécessaire, pour se protéger mais surtout pour protéger les autres !