Tous ensemble pour votre santé

Journée mondiale du diabète : une campagne de dépistage lancée en pharmacie d'officine

Actualité
Date de publication
Visuel
Dépistage Diabète en officine -prolongation campagne 15.02.2020
A l’occasion du 14 novembre, journée mondiale de lutte contre le diabète, l’ARS Grand Est rappelle la campagne de dépistage du diabète en pharmacie d’officine lancée le 15 octobre 2019 afin d'améliorer le diagnostic précoce du diabète.
130 pharmacies se sont portées volontaires pour participer à cette expérimentation menée dans 4 départements du Grand Est jusqu'au 15 février 2020.
Corps de texte

Après une première campagne menée en 2017, l’ARS Grand Est, en collaboration étroite avec les Unions Régionales des Professionnels de Santé (URPS) Pharmaciens, Médecins Libéraux et Biologistes, en diligente une seconde entre le 15 octobre 2019 et initialement le 15 janvier 2020, prolongée jusqu'au 15 février 2020, dans 4 départements du Grand Est.

En région, la prévalence du diabète est parmi les plus élevées de France. De plus, près de 700 000 adultes sont diabétiques en France et l’ignorent, ce qui représenterait 40 000 personnes en région Grand Est.

Suite à la première expérimentation menée en 2017 dans les départements du Haut-Rhin, des Ardennes et de Meurthe-et-Moselle, cette nouvelle campagne se déroulera dans les officines volontaires de quatre départements : Marne, Meuse, Vosges et à nouveau dans le Haut Rhin, département de référence pour les deux campagnes.

Quel objectif ?

L’objectif de ce programme, basé sur une coopération pharmacien-médecin-biologiste, est d’améliorer le diagnostic précoce du diabète de type 2 et le repérage des patients atteints de pré-diabète, afin qu’ils puissent s’engager dans un parcours de soins coordonné par le médecin traitant. La pertinence et la faisabilité d’un dépistage du diabète de type 2 par les pharmaciens d’officine ont été démontrées dans le cadre de la première expérimentation menée en 2017.

Quels résultats en 2017 ? 

Les résultats de la première campagne ont montré une excellente acceptabilité du dépistage par le patient (96% d’acceptation de la réalisation de la glycémie capillaire chez les sujets à risque) mais un retour insuffisant sur le nombre et les résultats des glycémies veineuses prescrites et réalisées pour confirmation diagnostique.

1179 tests de dépistage par glycémie capillaire avaient été réalisés et 261 s’étaient révélés anormaux (22,1%). Ces 261 personnes ont été invitées par le pharmacien à consulter leur médecin traitant pour confirmation du diagnostic.

Seulement 15% (39/261) des patients dépistés en pharmacie ont pu bénéficier d’une confirmation biologique documentée. Par contre, le diagnostic de diabète ou de pré-diabète a été posé chez près de la moitié des (46,2% ; n=18) sujets à risque (46,2% ; n=18) pour lesquels les procédures coordonnées de dépistage et de confirmation diagnostique ont pu aboutir.

Un protocole adapté en 2019 pour optimiser l’efficacité du dépistage

Le protocole de cette nouvelle campagne a été adapté pour permettre à la personne dépistée de se rendre directement dans un laboratoire d’analyses médicales afin de bénéficier gratuitement d’une glycémie veineuse dont les résultats seront transmis au médecin traitant pour une prise en charge diagnostique, éducative et/ou thérapeutique.

Comment se déroule la campagne ?

Avant le démarrage de la campagne, les pharmaciens volontaires ont été conviés, dans chacun des 4 départements concernés, à une réunion de présentation du protocole. Durant chacune des sessions, un KIT « Pharmacien » leur a été remis comprenant tous les outils nécessaires au bon déroulement de la campagne (affiche, flyer, protocole, questionnaire, bon gratuit…).

« ÊTES-VOUS DIABÉTIQUE SANS LE SAVOIR ? », c’est la question que pose la campagne de dépistage du diabète proposée durant 4 mois, du 15 octobre 2019 au 15 février 2020, dans près de 130 pharmacies volontaires.
 

Vignette Dépistage du diabète en officine 2019

Le maillage territorial des officines permet aux pharmaciens d’être au contact de personnes ne consultant ponctuellement leur médecin que pour des problèmes aigus.

Concrètement, les pharmaciens vont repérer, à l’aide d’un questionnaire validé, les patients à risque de diabète et leur proposer un test de dépistage par une mesure de glycémie capillaire (goutte de sang prélevée au bout du doigt).

  • Si le résultat de cette glycémie est normal, le pharmacien en informe la personne et lui remet un livret de conseils nutritionnels.
  • En revanche, si le résultat est anormal, le pharmacien remet à la personne un bon pour la réalisation d’une glycémie veineuse  dans un laboratoire d’analyses médicales, sans avance de frais. Le laboratoire d’analyses médicales adresse les résultats de cette glycémie à la personne et à son médecin traitant.

Cette stratégie vise à optimiser le diagnostic précoce du diabète et prévenir ainsi la survenue de complications.