Tous ensemble pour votre santé

Journée mondiale de lutte contre le sida : les actions en Grand Est

Actualité
Date de publication
Visuel
Campagne COREVIH Grand Est Traitement VIH Sida
Chaque année en France, environ 6 000 personnes découvrent leur séropositivité au VIH. Il persiste des découvertes tardives de l’infection, et aucune catégorie d’âge n’est épargnée. Ainsi, Santé publique France estime que 20% des personnes découvrant leur séropositivité ont 50 ans ou plus.
Cette journée se prolonge en Grand Est jusqu'au 8 décembre par l'organisation d'une semaine de dépistages.
Corps de texte

Jusqu'au 8 décembre, des actions sont menées en Grand Est
 

Semaine dépistages Grand Est VIH-Sida 2018

Sur les 6 000 personnes en France qui ont découvert leur séropositivité, environ 27 % de ces diagnostics étaient au stade avancé de l’infection VIH, ce qui représente une perte de chance en retardant leur accès aux traitements antirétroviraux.
Ce retard au diagnostic est lié à un recours insuffisant au dépistage.

C'est pourquoi, du 30 novembre au 8 décembre, l'ARS s'associe avec Santé Publique France et le COREVIH Grand Est pour compléter cette journée mondiale de lutte contre le sida par l'organisation d'une Semaine régionale des dépistages (Hépatites, IST et VIH) sur tout le Grand Est.

Les actions menées par l'ensemble des acteurs dans le cadre de cette Semaine (information et sensibilisation, manifestations et dépistages organisés) sont recensées sur le site du COREVIH Grand Est avec la cartographie des lieux de dépistages de la région.

Retrouvez le programme des actions menées sur les territoires champardennais, alsacien et lorrain

Consultez l'annuaire des CeGIDD Grand Est et accédez à leur localisation géographique grâce au site du COREVIH Grand Est.

Différentes personnes, différents besoins, différents modes de dépistage

Stress lié à l’attente des résultats, crainte d’être stigmatisé, difficulté à trouver du temps ou à obtenir un rendez-vous… Il y a plusieurs raisons qui peuvent faire repousser le dépistage. Heureusement, il existe plusieurs modes de dépistage pour répondre à toutes les situations.

Campagne Tests VIH SIDA IST

Ces dernières années, l’offre de dépistage s’est développée. Il existe ainsi quatre façons de faire un test de dépistage VIH et/ou infections sexuellement transmissibles (IST) :

  1. le test dans un laboratoire d’analyses médicales : ce test est remboursé sur ordonnance d’un médecin qui peut également prescrire la réalisation du dépistage des autres IST ;
  2. le test dans un CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic du VIH, des hépatites et des IST) : ce test est gratuit, anonyme, sans rendez-vous. Ces centres peuvent proposer le dépistage des autres IST ;
  3. le TROD (Test Rapide d'Orientation Diagnostique) : proposé par les acteurs associatifs, ce test est gratuit, anonyme, permet d’avoir un résultat rapide et d’être accompagné par des chargés de prévention formés ;
  4. l’autotest : en vente dans les pharmacies, il permet de faire le test soi-même et d’obtenir un résultat rapide, quand on veut, où l’on veut.

Dernière données épidémiologiques

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, Santé publique France publie un BEH thématique, reprenant des notions essentielles, comme les découvertes de séropositivité chez les seniors, ou encore le premier bilan d’activité des CeGIDD

Plus d’informations : BEH Journée mondiale de lutte contre le sida, 1er décembre 2018, « Connais ton statut »

Un préservatif remboursé

A compter du 10 décembre 2018, sur prescription d’un médecin ou d’une sage-femme, un préservatif pourra faire l’objet d’une prise en charge par l’Assurance maladie. Cette prise en charge concerne aussi bien les femmes que les hommes et sera proposée en pharmacie en différents formats (boites de 6, 12 ou 24 préservatifs).

C’est une nouvelle étape en faveur de la prévention. En effet, les infections sexuellement transmissibles (IST) représentent un problème majeur de santé publique en France, notamment les principales IST : infection à VIH/Sida, hépatites virales B et C, syphilis, gonococcie, infections à chlamydia.

La lutte contre les IST se décline en effet autour d’une offre diversifiée de moyens de prévention, dans une approche globale de santé sexuelle: dépistage, traitement du VIH comme prévention (une charge virale indétectable signifie l’absence de risque de transmission), la prophylaxie pré exposition (PrEP) par toutes les personnes concernées, le traitement post-exposition (TPE), et le préservatif qui reste l’outil de base de la prévention.

Plus d’informations sur le site du ministère chargé de la santé.