Journée internationale de lutte contre les violences : point d'étape sur le partenariat mené par l'ARS et la DRDFE en Grand Est

Actualité
Affiche 2021 Tous mobilisés Violences faites aux femmes

Depuis novembre 2018, l'ARS et la DRDFE Grand Est se sont engagées dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles en signant une convention régionale de partenariat afin de mettre en œuvre une politique coordonnée et harmonisée.

L'occasion est proposée lors de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes de faire un point sur l'avancée de sa mise en œuvre.

A l’occasion de ce jeudi 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le Gouvernement réaffirme que la lutte contre les violences faites aux femmes constitue une priorité et qu’il faut #NeRienLaisserPasser face aux agresseurs.

Comme chaque année, une campagne nationale de sensibilisation est lancée à l’occasion de cette journée valorisant les différents acteurs professionnels qui sont mobilisés au quotidien pour accompagner les femmes victimes de violences.

Dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé et de la feuille de route nationale de lutte contre les violences sexistes et sexuelles, l’ARS et la DRDFE (Direction régionale aux droits des femmes et à l'égalité) Grand-Est ont établi une convention de partenariat qui s’étend sur la période 2018-2022 et dont le pilotage et la mise en œuvre sont répartis entre l’ARS et la DRDFE.

Suite à la 1ère convention du 22 novembre 2021, une nouvelle convention de partenariat ARS/ DRDFE a été signée en février 2021. En effet, à la suite du Grenelle contre les violences conjugales et des textes en découlant, il est paru nécessaire aux signataires d’actualiser la convention existante en y incluant de nouveaux axes, notamment à destination de populations spécifiques : les femmes enceintes ou en situation de handicap.

Quels objectifs pour cette convention régionale ?

Objectif 1 : Informer, sensibiliser et former les professionnels

Objectif 2 : Accompagner les victimes de violences sexuelles et sexistes et les enfants co-victimes dans leur parcours au sein des lieux d’accueil et d’écoute

Objectif 3 : Mener des actions de protection à destination de populations-cibles spécifiques

  • Objectif 3.1 : Prévenir et détecter les violences faites aux femmes enceintes
  • Objectif  3.2 : Prévenir et dépister les mutilations sexuelles féminines (MSF)
  • Objectif 3.3 : Prévenir et accompagner la lutte contre les violences faites aux victimes de violences sexuelles et sexistes en situation de handicap
  • Objectif 3.4 : Mener des actions de prévention et d’accompagnement vers le soin des personnes qui se prostituent.

Quelles avancées dans la mise en oeuvre des actions en Grand Est ? 

Depuis 2018, plusieurs actions ont été engagées et réalisées :

  • Création et diffusion de deux supports d’informations départementalisés dans l’objectif de sensibiliser les professionnels et d’informer les victimes : en effet, les professionnels de santé sont souvent les premiers interlocuteurs des victimes : 24 % des femmes victimes vivant avec l’auteur des faits ont été vues par un médecin à la suite des violences, 19 % ont consulté un psychiatre ou un psychologue et 18 % se sont rendues dans un commissariat de police ;
  • Harmonisation de la formation relative à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dispensée dans les écoles paramédicales du Grand Est. Cette harmonisation a été rendue possible grâce à un travail collaboratif de rédaction d’un cahier des charges avec les groupements de coopération sanitaire (GCS) des Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI).
    Cette action fait d’ailleurs partie des mesures proposées par le  groupe de travail Santé, piloté par la Direction générale de l’offre de soin (DGOS) dans le cadre des restitutions du Grenelle des Violences conjugales (2019) ;
  • Réalisation d’appels à manifestation d’intérêt portant sur les différents axes de la convention : 25 porteurs retenus en 2019 et 32 porteurs retenus en 2020.
    En 2021, compte-tenu du contexte sanitaire et de la mobilisation du département et des Délégations territoriales de l'ARS dans la gestion de crise, l’appel à manifestation d'intérêt (AMI) n’a pas été lancé. Toutefois, les porteurs historiques ont continué a être financés par conventionnement direct.
    Un nouvel appel à manifestation d’intérêt conjoint ARS/DRDFE va être lancé en janvier 2022, sur la base de la nouvelle convention.
  • Par ailleurs, en lien avec la DOS, un appel à candidature a été lancé en 2021 en direction des établissements de santé pour créer des lieux de prise en charge spécialisés pour femmes victimes de violence, en application de l’instruction DGS du 18 novembre 2020 : 2 centres hospitaliers ont été retenus, les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (HUS) et le Centre Hospitalier de Bar-le-Duc.

Répartition des morts violentes (2017 > 2020) au sein du couple par département du Grand Est

Tableau récap départements Grand Est-Morts violentes au sein du couple-maj 2020