Tous ensemble pour votre santé

Impulsion du dispositif Asalee : pour une coopération pluri-professionnelle entre médecins généralistes et infirmiers

Actualité
Date de publication
Visuel
Visuel Asalee
La région Grand Est soutient le déploiement d’Asalee (Actions de SAnté Libérale En Equipe), un dispositif qui propose un accompagnement individuel, par un infirmier spécifiquement formé, de patients atteints de maladies chroniques au sein des cabinets médicaux.
Corps de texte

Qu’est-ce que le dispositif Asalee ?

Il s’agit d’un dispositif mis en place par l’association Asalee (Association de Médecins Généralistes et d’Infirmières Déléguées à la Santé Publique basée en (ex)région Poitou-Charentes) qui instaure une coopération pluri-professionnelle entre médecins généralistes et infirmiers intégrée au cabinet des praticiens.

Spécifiquement formés, les infirmiers interviennent, dans le cadre d’un protocole autorisé par l’ARS, auprès de patients atteints de maladies chroniques, en proposant un accompagnement individuel qui intervient en complément de la pratique médicale, au sein du cabinet d’un médecin généraliste.

Le protocole de coopération couvre les activités suivantes :

  • le suivi du patient diabétique de type 2 : rédaction et signature de prescriptions types des examens, prescription et réalisation des ECG, prescription, réalisation et interprétation des examens des pieds ;
  • le suivi du patient à risque cardiovasculaire incluant la prescription et la réalisation des ECG
  • le suivi du patient tabagique à risque BPCO, incluant prescription, réalisation et interprétation de spirométrie
  • la consultation de repérage des troubles cognitifs et réalisation de tests mémoire chez les personnes âgées.

Asalee, un levier majeur pour l’accès aux soins dans les territoires

Le dispositif Asalee, en concrétisant le déploiement des coopérations entre professionnels de santé sur la base de protocoles validés, bénéficiant d’un financement de l’Assurance Maladie, facilite l’accès aux soins dans les territoires.

Cette forme d’exercice coordonné permet :

  • de libérer du temps médical,
  • de fluidifier les parcours des patients en améliorant la qualité de prise en charge,
  • de valoriser de nouvelles compétences paramédicales,
  • de référencer des bonnes pratiques de coopération,

Asalee constitue également en ville une alternative aux programmes d’Education thérapeutique collective proposés par les réseaux et dans les Maisons de santé pluri-professionnelles.

Son développement s’inscrit dans  la transformation de l’offre de soins primaires en Grand Est, en cohérence  avec la stratégie de transformation du système de santé Ma santé 2022.

L’ARS Grand Est soutient le déploiement du programme Asalee

Les évaluations menées au niveau national montrent que ce protocole :

  • génère des gains de temps significatif pour le praticien (ex. 20 mn pour une consultation « de fond » pour un patient diabétique déséquilibré, 7 mn pour les consultations de suivi),
  • contribue à une amélioration notable de la qualité des soins pour certains patients chroniques (ex. Asalee est 2,8 fois plus efficient qu’une prise en charge habituelle pour la prise en charge du diabète de type 2 (source : IRDES),
  • favorise une approche plus globale du patient, avec plus de prescriptions mais moins d’hospitalisations aigües (source : CNAM)

A ce jour, 43 équipes sont engagées dans la démarche en région Grand Est, soit 50 Infirmières diplômées d’Etat et 222 médecins généralistes.

L’ARS Grand Est soutient le déploiement du dispositif par une contractualisation avec l’association Asalee, l’objectif de ce projet étant de mettre en place une démarche « proactive » pour aider à proposer le service, faciliter la constitution d’équipes et développer la mise en place de ces protocoles sur la région Grand Est.

L’accent a été mis sur les territoires sous dotés voire dépourvus d’infirmière ASALEE : les Ardennes, l’Aube, la Haute Marne, la Moselle, le nord de la Meurthe et Moselle. Le résultat attendu est le déploiement de 15 nouveaux équivalents temps plein d’infirmières sur la région à la fin 2019.

A noter également l’engagement d’une réflexion sur l’extension du périmètre à d’autres thématiques de suivi de parcours des patients : insuffisance cardiaque, obésité, cancérologie, etc.