Tous ensemble pour votre santé

Gestion du risque Radon : informer les élus des communes concernées par la nouvelle réglementation

Actualité
Date de publication
Visuel
Réunion Elus sensibilisation gestion du risque Radon (Rouffach)
Les 19 et 20 juin, les maires de 244 communes des Vosges, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin étaient invités à une demi-journée de sensibilisation traitant de la gestion du risque Radon. Réunis à Rouffach (68) et à Andlau (67), les élus présents ont pu s’approprier un sujet important du Plan Régional Santé Environnement, qui concerne aujourd’hui environ 450.000 habitants de ce territoire du Grand Est.
Corps de texte

Ces deux réunions de sensibilisation, délivrées par l’ARS, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et ATMO Grand Est, s’adressaient aux représentants des communes situées en zone 3, c'est-à-dire présentant un potentiel radon dit « significatif », afin de les informer des nouvelles obligations réglementaires en matière de gestion du risque radon. 42 communes et collectivités des territoires concernés étaient représentées à cette occasion.

Depuis le 5 juin 2018, la France s’est mise en conformité avec la réglementation européenne en transcrivant la Directive « Euratom 2013/59 » dans un décret modifiant sa législation concernant « l’exposition aux rayonnements ionisants ». Ce décret est complété par l’arrêté du 27 juin 2018 précisant les zones géographiques classées en 3 zones à potentiel Radon.
Cette nouvelle réglementation permet de renforcer la protection des populations par l’abaissement du niveau de référence réglementaire de 400 à 300 Bq/m3 de radon dans l’air intérieur, et de mieux prendre en compte les environnements professionnels (nouvelles obligations introduites dans le code du travail).

Plusieurs territoires du Grand Est concernés

Avec 318 communes situées en zone 3, la région Grand Est est en effet particulièrement impactée. L’accumulation du radon dans les bâtiments est à l’origine d’effets sur la santé. Pour rappel, le radon est un gaz naturel radioactif incolore et inodore, naturellement présent dans les sols, en particulier granitiques.

À cause notamment des défauts d’étanchéité, ce gaz pénètre dans les bâtiments, où il peut atteindre des concentrations importantes du fait d’un renouvellement insuffisant de l’air intérieur. Or, l’inhalation du radon par les occupants accroît leur risque de développer un cancer du poumon, 2ème cause de cancer après le tabac (source Santé Publique France).

Ces réunions d’information et de sensibilisation destinées aux collectivités seront suivies de plusieurs autres dans le cadre du PRSE3 afin de couvrir l’ensemble du territoire concerné en Grand Est.

Le PRSE 3, un outil pour prévenir les risques liés au radon

Différentes actions ont été inscrites dans le Plan Régional Santé Environnement pour répondre aux enjeux posés par le radon dans notre territoire :

Des solutions efficaces

  • Extraction de l’air chargé en radon du vide sanitaire ou du sous-sol,

  • Ventilation du bâtiment,

  • Étanchéité entre le sol et le bâtiment.

En savoir plus : vidéo « Le Radon, c’est quoi ? »