Tous ensemble pour votre santé

Épidémie de rougeole en France : professionnels de santé, la conduite à tenir.

Article
Visuel
Epidémiologie rougeole 14 mars 2018
La multiplication des cas de rougeole déclarés actuellement en France, près de 1500 cas depuis le 1er janvier 2018 dont un décès, fait craindre une épidémie d’ampleur importante.Toutes les mesures de santé publique destinées à assurer la sécurité sanitaire de la population doivent être prises autour de ces cas de rougeole.
Corps de texte

En tant que professionnel de santé, vous trouverez dans cette page l’ensemble des conduites à tenir, les données épidémiologiques et les supports de communication.

 Attention au risque de contagion dans votre salle d’attente !

Tout cas de rougeole doit être signalé immédiatement sans attendre les résultats biologiques par tout moyen approprié au point focal régional (PFR), point d'entrée unique pour la région Grand Est.

Adressez votre déclaration au plus vite, même pour une suspicion de rougeole et sans attendre les résultats biologiques. Plus nous recevons l'information tôt, plus nous pouvons investiguer autour du cas et éviter de multiplier les cas contacts.

Attention : La confirmation biologique par sérologie ne peut être réalisée qu’à partir du 3ème jour après l’éruption. Lors des 3 premiers jours suivant l’éruption, seuls un kit salivaire spécifique ou un écouvillonnage salivaire peuvent être réalisés et envoyés au CNR (Centre national de référence de la rougeole à Caen).

Service réservé aux professionnels, établissements et administrations 
(voir rubrique "Qui peut signaler")

☎ 09 69 39 89 89

Fax : 03 10 01 01 61

@ : ars-grandest-alerte@ars.sante.fr

Le signalement permet l’identification et la vaccination rapide des contacts, qui doit être réalisée en urgence et au plus tard dans les 72h afin de limiter la circulation du virus.

Télécharger le formulaire de déclaration de la rougeole.

Santé publique France a édité une liste des actions à réaliser selon le lieu d'exercice (fichier excel), qui peut aider le professionnel de santé à vérifier qu'il a bien appliqué les mesures recommandées selon qu'il exerce en cabinet de ville, aux urgences, en hospitalisation ou dans un laboratoire de biologie hospitalier.

En cabinet en ville, pour tout patient suspect de rougeole, il est nécessaire :

- d’assurer, dans la mesure du possible, la prise en charge du patient à domicile ;
- d’éviter le passage en salle d’attente s’il se présente à votre cabinet ;
- d’isoler le patient, lui faire laver les mains et porter un masque chirurgical ;
- de privilégier les prélèvements biologiques à domicile s’ils étaient nécessaires ;
- d’assurer la protection individuelle du professionnel de santé par des mesures de protection de type « air » ;
- de rappeler à l’entourage du patient les règles d’hygiène (solutions hydro-alcooliques) ;
- de prescrire l’éviction de la collectivité jusqu’à 5 jours après le début de l’éruption ;
- d’aérer les zones de présence du patient car la transmission aérienne du virus reste possible jusqu’à 2 heures dans un espace clos après son départ.

Pour plus de précision, consultez l’aide-mémoire sur les recommandations vaccinales et sur les mesures préventives autour d’un cas de rougeole : aide-mémoire vaccination rougeole 2018

Le contrôle de l’épidémie requiert la vérification et la mise à jour systématique du statut vaccinal de toute personne née après 1980.

Toutes ces personnes doivent avoir reçu 2 doses de vaccins contre la rougeole.

Il est nécessaire de porter une attention particulière aux enfants de 1 à 4 ans, adolescents, jeunes parents et femmes en âge de procréer.

Pour rappel : les personnes les plus à risque de rougeole grave sont les personnes immunodéprimées, les femmes enceintes et les nourrissons de moins de 1 an.

Attention : Un nourrisson ayant bénéficié d’une injection avant l’âge de 12 mois (en cas de voyage en zone épidémique ou de prophylaxie suite à un contact avec un cas de rougeole) doit recevoir par la suite deux doses de vaccin trivalent suivant les recommandations du calendrier vaccinal.

Pour plus de précision, consultez :

> l'aide-mémoire 2018 sur les recommandations vaccinales et les mesures préventives autour d’un cas de rougeole 

le calendrier 2018 et les recommandations vaccinales (brochure de 72 p) 

Les professionnels de santé, dont la vaccination ou les antécédents de rougeole sont incertains, sont également invités à mettre à jour leur vaccination pour éviter la propagation de cette maladie et protéger les patients les plus fragiles.

nés en 1980 ou après : mise à jour du calendrier vaccinal selon les recommandations générales (cf. plus haut).

nés avant 1980, non vaccinés et sans antécédent connu de rougeole : une dose de vaccin trivalent. Les personnes travaillant dans les services accueillant des patients à risque de rougeole grave (immunodéprimés, femmes enceintes, nourrissons) devraient être vaccinées en priorité.

 

Vous pouvez retrouver les dernières données épidémiologiques relatives à la rougeole sur le site internet de Santé publique France : http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Rougeole/Points-d-actualites