Du radon dans ma maison ? Une campagne de mesures du radon dans l’habitat des communes de la Vallée de la Bruche

Actualité
Vignette RADON CCVB- Vallée de la Bruche

Dans le cadre du 3ème Plan Régional Santé Environnement (PRSE 3), ATMO Grand Est et l’ARS s’associent pour faire connaître aux habitants des zones à potentiel radon élevé du Grand Est les risques liés au radon et les moyens d’en limiter l’exposition.

Une campagne de mesures du radon dans l’habitat est actuellement organisée en partenariat avec la Communauté de Communes de la Vallée de la Bruche.

Dans le cadre du 3ème PRSE Grand Est (Programme Régional Santé Environnement) et dans la perspective du CLSMS (Contrat Local de Santé Médico-Social) à venir sur le territoire de la Communauté de Communes de la Vallée de la Bruche, une campagne expérimentale de mesure du radon dans l’habitat a été mise en place en partenariat entre la collectivité (CCVB), l’ARS Grand Est et ATMO Grand Est.

La Communauté de Communes de la Vallée de la Bruche (67) et la Collectivité Européenne d’Alsace s’associent à cette démarche de prévention, la sensibilisation de la population sur ce sujet étant inscrite dans le prochain Contrat Local de Santé Médico-Social (CLS MS).

Cette action est déployée sur l’ensemble des 26 communes de la collectivité. 100 Ambassadeurs, parmi les élus et personnels des collectivités du secteur, ont accepté d’y prendre part afin d’expérimenter le dispositif avant un déploiement vers le grand public.

Ainsi, depuis début février, chacun des ambassadeurs s’est vu remettre un kit de 2 dosimètres de mesure du radon à installer dans son habitation.

Bien que cette campagne de mesures ne s’inscrive pas dans une démarche réglementaire, il a été décidé d’en retenir l’ensemble des critères de pose afin de garantir une bonne représentativité des résultats qui seront obtenus à l’issue de cette campagne.

Ainsi les principes suivants seront appliqués :

  • 2 dosimètres par habitation,
  • Mesures réalisées dans deux pièces de vie différentes : salon/salle à manger, chambre, bureau
  • Pose des dosimètres pendant au moins deux mois,
  • Mesures réalisées entre octobre 2020 et avril 2021 (pendant la période de chauffe),
  • Pas de modification des habitudes de vie pendant la phase de mesure.

 Une restitution des résultats de cette campagne sera réalisée dans le courant du printemps 2021.

L’analyse de cette campagne exploratoire réalisée auprès des 100 ambassadeurs permettra de construire une seconde campagne pour l’automne 2021 à laquelle les habitants de la communauté de Communes de la Vallée de la Bruche pourront s’inscrire dans la limite des kits de mesure du radon disponibles.

D’autres campagnes de mesure du radon sont et seront déployées sur d’autres secteurs géographiques en Grand Est sur la durée du PRSE3 : ainsi une première expérience a déjà été menée avec le partenariat de la communauté d’agglomération de Saint-Dié des Vosges, l’Agence régionale de Santé et ATMO Grand Est en février et octobre 2019.

Ma commune se situe t-elle dans une zone à risque ?

Le radon pénètre dans les espaces clos, où il peut se concentrer à des niveaux élevés et exposer, à long terme, les occupants à un risque de cancer du poumon. Ce risque augmente significativement pour les fumeurs.
Sa concentration dans l’air d’une habitation dépend :
• des caractéristiques du sol et du bâtiment,
• de l’aération et du chauffage.

Depuis 2018, une nouvelle réglementation modifie la délimitation des zones à potentiel radon du territoire français, et fixe la liste les communes concernées. Elle définit également trois zones en fonction des flux d’émission du radon  par les sols :

  • Zone 1 à potentiel radon faible ; 
  • Zone 2 à potentiel radon faible mais sur lequel des facteurs géologiques particuliers peuvent faciliter le transfert vers les bâtiments soit 294 communes concernées en région Grand Est ; 
  • Zone 3 à potentiel radon significatif (élevé) soit 318 communes concernées en région Grand Est.

Les zones sont établies à l’échelle communale sur la base des travaux de cartographie menés depuis 2010 par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) à partir des teneurs en uranium des sols et des facteurs aggravants (failles, mines et cavités, sources géothermales).

Les communes concernées dans notre région se situent principalement dans les secteurs granitiques (Alsace/Vosges) mais également en secteur minier.

L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a établi une carte du « potentiel radon » de chaque commune.
Si vous êtes dans une zone où le potentiel est significatif, il convient de le mesurer à l’aide de détecteurs placés pendant 2 mois, durant la période de chauffe, dans les pièces de vie au niveau le plus bas du bâtiment (salon, chambre, sous sol habité...).