Tous ensemble pour votre santé

Connaissez-vous les Assistants spécialistes à temps partagé ?

Actualité
Date de publication
Visuel
Jeunes médecins
Le dispositif d’assistant spécialiste à temps partagé est un des leviers de l’ARS Grand Est, au soutien de la démographie médicale sur le territoire. Il permet à des jeunes diplômés en post-internat de parfaire leur formation de la manière la plus ouverte possible en occupant des postes partagés sur la base de la signature d’une convention d’une durée de deux ans.
Corps de texte

Rappel des objectifs du dispositif

  • Soutenir les projets professionnels hospitaliers et/ou universitaires en permettant à de jeunes médecins de parfaire leur formation post internat
  • Permettre aux jeunes médecins de participer à l’encadrement d’internes et étudiants en santé
  • Favoriser la coopération territoriale et médicale entre les CH et les CHU
  • Favoriser l’exercice hors CHU et à terme faciliter l’installation de médecins dans les établissements périphériques
  • Consolider les équipes médicales des établissements de santé en difficulté de recrutement 
ENTRETIEN 3 femmes : 2 médecins 1 ASTP

 

Qu’est-ce qu’un poste d’ASTP ?

Le dispositif d’assistant spécialiste à temps partagé est un des leviers de l’ARS Grand Est, au soutien de la démographie médicale sur le territoire. Il permet à des jeunes diplômés en post-internat de parfaire leur formation de la manière la plus ouverte possible en occupant des postes partagés sur la base de la signature d’une convention d’une durée de deux ans.

Initialement conçu pour des partages de postes inter-établissements hospitaliers, il se trouve désormais étendu au secteur ambulatoire afin de favoriser l’exercice mixte partagé entre le secteur hospitalier et le secteur ambulatoire, afin de renforcer le lien « ville-hôpital » et l’accès territorial aux soins. Dans ce cadre, les consultations réalisées par l’ASTP, hors médecine générale, le sont au sein de la structure ambulatoire, à hauteur de 50 % de son temps de travail au minimum, pour le compte de son établissement hospitalier employeur. Elles sont considérées comme des consultations externes dudit établissement et sont facturées comme telles.

Ouverts à toutes les spécialités médicales, les postes d’ASTP doivent permettre aux différents acteurs du territoire de répondre aux actions de coopération dans lesquelles ils peuvent se trouver engagés, ainsi qu’aux projets médicaux partagés des GHT (Groupements Hospitaliers de Territoires) devant notamment traduire les objectifs du PRS (Projet Régional de Santé).

De manière concrète, ce dispositif favorise l’exercice partagé sur un territoire et l’installation des médecins en Région Grand Est. Destiné à soutenir la coopération territoriale et médicale ainsi que la participation des jeunes médecins à l’encadrement d’internes et d’étudiants en santé, il tend à aider à la constitution de véritables équipes professionnelles de territoire.

 

L’engagement de l’ARS Grand Est

Afin de marquer l’engagement fort et continu de l’ARS Grand Est en terme de répartition de la démographie médicale sur son territoire; il a été décidé d’assurer le financement de chaque projet retenu à hauteur de :

  • 100% du traitement, sur la base d’un coût moyen de 54.852 euros annuels chargés,

  • 100% des coûts afférents aux primes d’exercice territorial dues aux ASTP au titre de l’année 2019.

Pour chaque ASTP, ces sommes seront versées à l’établissement support de la convention d’exercice partagé, à savoir l’établissement public hospitalier.

 

La procédure de sélection

Un homme médecin à son cabinet

Cette année, un appel à projet a été lancé via solen le 25 janvier 2019.

Toute demande nouvelle de postes d’ASTP a pu être déposée dès lors qu’elle avait  vocation à couvrir un besoin de santé de la région Grand Est, ce sans qu’il soit nécessaire d’avoir identifié un candidat potentiel, dans la mesure où cet appel à projet doit également permettre d’attirer par le biais de publication de postes, des jeunes professionnels qui ne trouveraient pas ce type de débouchés dans leur région d’étude.

Les projets déposés via solen ont été examinés par les Commissions de Sélection installées au sein de chaque Subdivision, après consultation de(s) Délégation(s) Territoriale(s) et de la Direction Générale Déléguée concernée(s) de l’ARS Grand Est.

De manière générale, les commissions ont porté une attention particulière aux demandes d’ASTP entrant dans le cadre des dix parcours prioritaires du PRS 2018-2028 et étant en cohérence avec l’offre de soins à l’échelle régionale. Spécialement concernant les ASTP «ambulatoire », l’intérêt s’est e porté prioritairement sur les projets impliquant des structures situées dans des zones déficitaires dans les spécialités médicales concernées, ou en zone qualifiée « quartier prioritaire de la ville ». Dans ce cadre, 231 dossiers ont été examinés.

Après avis des commissions compétentes, le Directeur Général de l’ARS Grand Est a rendu un avis réservé sur 8 projets d’ASTP et un avis favorable sur 214 d’entre eux. 99 projets retenus restent en attente du positionnement d’un candidat.

Aller plus loin

Références

Instructions n° DGOS/RH1/2018/158 du 27 juin 2018 et N° DGOS/RH1/2019/122 du 20 mai 2019