Cancer des personnes âgées : « Il n’y a pas d’âge pour se faire soigner »

Actualité
Date de publication
Visuel
Cancer personnes âgées
Il y a quelques semaines, les Unités de coordination en oncogériatrie du Grand Est et l’ARS ont décliné en région une campagne nationale de sensibilisation à l’intérêt du diagnostic précoce du cancer chez les personnes âgées : « Il n’y a pas d’âge pour se faire soigner du cancer ». Elle est destinée aux personnes âgées, à leur entourage et à leurs médecins traitants.
Corps de texte

En France, 1 patient sur 3 atteint de cancer a plus de 75 ans

L’amélioration des conditions de vieillissement fait qu’il est désormais tout à fait envisageable de proposer les traitements spécifiques des cancers aux personnes âgées, chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie y compris associée à des thérapies ciblées. Du fait du nombre croissant de patients âgés porteurs d’un cancer, cette prise en charge est devenue un véritable enjeu de santé publique.

Mais le traitement du cancer de la personne âgée n’est pas la simple application d’un traitement de la personne adulte à la personne âgée. Elle doit intégrer le patient dans une dimension psychosociale, cognitive, prise en compte de la fragilité et des comorbidités. Elle ne se limite pas à une prise en charge de fin de vie.

Par ailleurs, la spécialité d’oncogériatrie est peu connue des médecins généralistes, pivot de la prise en charge. Les retards diagnostics sont fréquents.

 

Objectifs de cette campagne

La campagne vise à :

  • sensibiliser les professionnels de santé à l’intérêt du diagnostic précoce du cancer chez les personnes âgées
  • leur faire connaître les signes d’alerte du cancer chez la personne âgée
  • informer la population sur la fréquence des cancers chez les personnes de 75 ans et plus, les signes devant alerter et les possibilités de traitements
  • encourager les personnes de plus de 75 ans à consulter dès les premiers symptômes

Cette sensibilisation est la déclinaison régionale de la campagne nationale de santé publique créée par la Société Francophone d'Oncogériatrie (SOFOG). Les Unités de coordination du Grand Est et l’ARS se sont mobilisées, en diffusant cette information destinée à prévenir les situations à risque dans l’ensemble des cabinets médicaux du Grand Est (6 000 affiches, plaquettes d’information, emailing…).

Aller plus loin

Documents à télécharger

Bloc A Télécharger