Tous ensemble pour votre santé

Améliorer la qualité sanitaire de l’eau potable en Grand Est : signature des premières chartes d'engagement PGSSE

Actualité
Date de publication
Visuel
PGSSE-15.11.2019 - signature charte Grand Est
Vendredi 15 novembre, 14 collectivités du Grand Est se sont réunies à Nancy au siège de l’ARS pour signer la charte d’engagement « Plans de Gestion et de Sécurité Sanitaire des Eaux ». Elles seront les premières en Grand Est à initier la démarche PGSSE d’amélioration continue de la qualité de l’eau potable prônée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
Corps de texte

Après un appel à candidature auprès de l’ensemble des Personnes Responsable de la Production et de la Distribution d’Eau potable du Grand Est (PRPDE), ces 14 collectivités ont montré leur intérêt pour la mise en œuvre de cette démarche qui doit leur permettre à terme de garantir en tout temps, une distribution d’eau de qualité.

Piloté par l’ARS Grand Est, en partenariat avec les agences de l’eau Rhin Meuse et Seine Normandie et le pôle de compétitivité HYDREOS, ce projet répond à un des objectifs opérationnels du 3ème Plan Régional Santé Environnement. Cette rencontre a permis à l’ensemble des représentants des premières collectivités s’engageant dans ce processus de mieux connaitre la démarche PGSSE et les modalités d’accompagnement technique et financier proposées dans le cadre de cette expérimentation. Elle s’est conclue par la signature de la charte PGSSE.

PGSSE-15.11.2019 - participants réunion charte Grand Est

Les participants à cette première réunion collective : les représentants des 14 collectivités (élus et/ou agents des services eaux et assainissement), des entreprises de l’eau (Véolia et Suez notamment), les partenaires de l‘action (DREAL, Conseil Régional), les Agences de l’Eau ainsi que les représentants des Délégations Territoriales de l’ARS amenés à accompagner étroitement les collectivités sur le terrain.

Déploiement des premiers PGSSE : 14 collectivités pionnières en Grand Est

Suite à un état des lieux réalisé par l’ARS et HYDREOS auprès des exploitants d’eau potable du Grand Est et de bureaux d’études spécialisés, il s’avère qu’il existe peu d’expériences de mise en œuvre de PGSSE en France et qu’en Grand Est, cette démarche était manifestement méconnue mais suscitait l’intérêt des PRPDE.

Un besoin de formation a été identifié tant pour les collectivités que pour les bureaux d’études spécialisés. Des actions de sensibilisation et de formation sur les PGSSE ont débuté en octobre 2019 à l’initiative de l’ARS et d’HYDREOS. Ces formations ont été animées par l’Office International de l’EAU (OIEAU).

Sur la base de ces constats, l’ARS et ses partenaires ont proposé d’engager une expérimentation avec un nombre limité de collectivités volontaires, recrutées par un appel à candidature ouvert du 5 juillet au 16 septembre 2019. 18 dossiers ont été déposés, couvrant l’ensemble des départements du Grand Est.

Un jury de sélection des candidatures s’est déroulé le 8 octobre et a retenu 14 lauréats. La sélection s’est opérée essentiellement sur :

  • les motivations des candidats envers cette démarche ;
  • la répartition géographique des candidats sur l’ensemble du territoire régional ;
  • la représentativité des modalités d’exploitation des services d’eau (régie directe, délégations de service public, etc.) ;
  • la variété des tailles de populations desservies : du village à l’agglomération.

Les 14 collectivités pionnières conduiront cette expérimentation durant une année pendant laquelle elles bénéficieront de l’accompagnement technique de l’ARS et d’HYDREOS, et du soutien financier des Agences de l’Eau Rhin-Meuse et Seine-Normandie.

PGSSE-15.11.2019 - collectivités signature charte Grand Est

Dominique DEPAQUIS, Directeur du Syndicat Intercommunal des Eaux de la Manoise (52) « Sur notre syndicat très rural, la mise en œuvre d’un PGSSE va permettre de sensibiliser les élus sur la nécessité de protéger davantage la ressource pour fournir une eau de qualité. Le PGSSE va accompagner le changement de mentalité dans les communes, où le mot d’ordre est parfois de ne surtout rien changer »

André FAVRE, Maire de la commune de Loisy (54) « Cela fait 40 ans que la commune de Loisy travaille sur la qualité de l’eau de ses ressources, classées prioritaires au titre du Grenelle de l’environnement. Le PGSSE est une démarche logique et dans la continuité de nos travaux afin de garantir la qualité de l’eau depuis la ressource jusqu’au robinet »

René DARBOIS, Président du Syndicat des Eaux de la région messine (57) « Un des challenges des années à venir pour toutes les collectivités sera de s’adapter au changement climatique, avec des sécheresses plus marquées, des niveaux d’étiages dangereusement bas et une politique agricole changeante. Le PGSSE est un outil pour s’y préparer et nous allons l’utiliser dans ce sens en complément des outils déjà mis en place pour assurer la sécurisation de l’eau potable. »

Jean-Marc WEBER, Service de l’eau et de l’assainissement, Eurométropole de Strasbourg (67) « Le PGSSE va nous permettre de renforcer la sécurité sanitaire pour préserver la qualité de l’eau de la ressource au robinet du consommateur. »

Margaux NOURRY, Responsable du service Eau et Assainissement de la commune de Saint-Amarin (68) « Nous nous lançons dans un gros programme de travaux concernant les réservoirs et les captages, et on envisage aussi de changer le système de désinfection. C’est donc le bon moment pour s’engager dans cette démarche PGSSE en lien avec tous les questionnements sur la qualité de l’eau qui s’imposent. La démarche est intéressante, même s’il s’agit d’une expérimentation et que nous n’avons pas toutes les clefs à ce stade. C’est un projet qui ne peut pas s’envisager à court terme."

Samuel CHOINET, Directeur de la REANE (88) « Le PGSSE va nous permettre de remettre sur la table l’ensemble de nos procédures et de pratiquer une autocritique. L’objectif est de sécuriser notre distribution. Une stagiaire en alternance démarrera sur ce sujet en début d’année prochaine. »