Améliorer la couverture vaccinale contre le HPV : une expérimentation en région Grand Est

Actualité
Date de publication
Visuel
Visuel Protocole vaccination HPV Grand Est
En avril dernier, les régions Grand Est et Guyane ont été choisies par le Ministère de la santé pour mener une expérimentation visant à améliorer les pratiques des professionnels et des établissements de santé afin d’améliorer la couverture vaccinale contre le papillomavirus humain (HPV) chez les jeunes filles de 11 à 14 ans.

Retrouvez les informations sur sa mise en œuvre en Grand Est.
Corps de texte

Associée au dépistage du cancer du col de l’utérus, la vaccination contre les papillomavirus humains, appelée couramment vaccination contre les HPV (human papilloma virus), constitue la meilleure stratégie de lutte contre ce cancer qui provoque en France près de 3000 nouveaux cas par an chez les femmes, dont 1000 décès.

Ces infections par les HPV sont très fréquentes et se transmettent lors des contacts sexuels. Environ 8 femmes sur 10 sont exposées à ces virus au cours de leur vie. Dans 60% des cas, l’infection a lieu au début de la vie sexuelle. 

La prévention du cancer du col de l’utérus repose sur la vaccination qui prévient l’infection par les HPV, complétée par un frottis du col utérin permettant de dépister des lésions précancéreuses induites par les HPV.

La vaccination contre les HPV n’est actuellement recommandée que pour les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans, avec un rattrapage jusqu’à 19 ans, et pour les hommes âgés de moins de 26 ans ayant des relations sexuelles avec des hommes.

Une expérimentation menée en région Grand Est durant 3 ans 

En région Grand Est, la couverture vaccinale contre le papillomavirus est insuffisante, puisque seulement 29.1% des jeunes filles de 16 ans ont reçu les 2 doses nécessaires pour une vaccination efficace.Il existe des disparités entre départements car si cette proportion atteint presque 40% en Meurthe et Moselle, elle n’est que de 20,9% dans le Haut-Rhin et de 25.3% dans le Bas-Rhin [1].

Dans le cadre de la loi de financement de la Sécurité Sociale (LFSS), la région Grand Est a été retenue par le Ministère de la Santé pour mener une expérimentation visant à améliorer la couverture vaccinale contre les infections à HPV (Décret du 5 juillet 2019).

Cette expérimentation, d’une durée de 3 ans, consiste à organiser des actions de formation des professionnels habilités à vacciner et des campagnes de vaccination.

Dans un premier temps, les territoires ciblés sont situés dans les départements de Meurthe-et-Moselle, Meuse, Vosges, Bas-Rhin et Haut-Rhin.

Outre des formations proposées aux professionnels, deux stratégies de facilitation sont testées :

  • d’une part, le rattrapage vaccinal en milieu scolaire,
  • et, d’autre part, l’envoi d’un courrier aux parents des jeunes filles non vaccinées, les incitant à faire vacciner leur enfant.

Les interventions se déploieront de façon échelonnée sur 3 ans.

  • En savoir plus  : Vaccination HPV : protocole  de l’expérimentation en région Grand Est  

Des soirées de formation réservées aux professionnels de santé (54/55/67/68/88) 

En mars et avril prochains, 8 soirées de formation sont organisées pour les professionnels de santé des territoires concernés par l'expérimentation (Meurthe-et-Moselle, Meuse, Vosges, Bas-Rhin et Haut-Rhin).

  • Ces soirées sont gratuites, sur inscription auprès de l'ARS Grand Est
    Contact : [email protected] ). 

Un courrier d'invitation sera adressé aux professionnels de santé des territoires en février avec toutes les précisions nécessaires (lieu exact / programme / intervenants (infectiologues, médecins,...) 

Les soirées seront précédées d'un buffet d'accueil. Dans certaines villes, les places sont limitées d’où la nécessité d’inscription. 

Réservez votre soirée dès à présent !

Une partie des soirées a bien eu lieu mais en raison de l’épidémie de COVID19, cette action est stoppée et reprendra dès que la situation le permettra. 

 [1] Données Santé Publique France – BSP Grand Est Vaccination avril 2019