9 septembre : Journée mondiale de sensibilisation au Syndrome d'Alcoolisation Fœtale (SAF)

Actualité
Vignette Journée mondiale luttre contre le SAF 2022

La journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) est l’occasion de rappeler que toute consommation d’alcool pendant la grossesse est susceptible de présenter un risque pour l’enfant à naître.
Des actions de sensibilisation au SAF sont déployées à cette occasion par la Coordination Périnatale Grand Est (CoPéGE) sur toute la région.

La Coordination Périnatale Grand Est, fédération des trois réseaux de santé en périnatalité, met à disposition des professionnels de santé différents outils et dispositifs ainsi qu'un accompagnement pour mettre en place des actions spécifiques se déroulant sur l'ensemble de la région Grand Est. Par exemple, différentes activités seront menées comme l’opération « Virgin mojito » (mojito sans alcool)  et, pour la première fois, un Escape Game (jeu d’énigmes en équipe) !

Au travers du jeu, l’objectif est de faire reculer le SAF en sensibilisant les participants aux risques liés à la consommation d’alcool, en prenant conscience les conséquences pour le futur bébé et en leur permettant d’acquérir les compétences pour mettre en place une stratégie « Zéro alcool pendant la grossesse ».

Pour les plus pressés, un jeu numérique de quelques minutes, accessible sur smartphone ou tablette, est également disponible via un QR code. Ce jeu virtuel est disponible à compter du 9 septembre et sans limite de durée.

Retrouvez les informations sur les lieux où sont menées les animations en Grand Est :

Journée mondiale de sensibilisation au Syndrome d'Alcoolisation Fœtale (SAF) : saurez-vous relever le défi ?

     

    L’alcool consommé pendant la grossesse passe dans le sang du bébé par l’intermédiaire du placenta, et peut nuire à son développement. Il peut être l’origine de troubles causés par l’alcoolisation fœtale (TCAF), dont le syndrome d’alcoolisation fœtal (SAF) est la forme la plus grave.

    Si les consommations importantes et régulières d’alcool sont à l’origine des problèmes les plus graves (SAF), des consommations plus ponctuelles peuvent également avoir des conséquences sur le bébé (handicap, etc...).

    Tout en connaissant les conséquences de l’alcool sur la grossesse, on ne sait pas aujourd’hui quelle est la quantité minimale d’alcool qui est toxique pour l’enfant à naître. Il est donc recommandé de ne pas boire du tout d’alcool pendant la grossesse.

    DP Sonore SPF-Alcool et grossesse - Chronique générique 1-2019
    DP Sonore SPF-Alcool et grossesse - Chronique générique 2-2019

    Il existe des équipes spécialisées pour vous aider avec bienveillance et sans jugement.
    N’hésitez pas à en parler au personnel de santé qui vous accompagne pendant votre grossesse : médecin, gynécologue, sage-femme, professionnel de la PMI (Protection Maternelle et Infantile).

    Des questions sur la consommation d’alcool ? Besoin d’en parler ?

    Le dispositif d’aide à distance Alcool Info Service (téléphone et internet) y répond 7 jours/7 en apportant :

     Alcool Info Service

      Pendant l’allaitement, il est recommandé de ne pas boire d’alcool, car l’alcool passe dans le lait maternel.

      Si ce n’est pas possible, évitez de boire juste avant la tétée. Attendez entre 2 et 3 heures avant de redonner le sein si vous avez bu un verre d’alcool.

      Le message de prévention "Zéro alcool pendant la grossesse continue à être relayé par les professionnels de la périnatalité. En effet, dans le Baromètre santé 2017, parmi les mères d’enfant de cinq ans ou moins, près de 4 femmes sur 10 ont déclaré ne pas avoir été informées des risques de la consommation d’alcool par le médecin ou la sage-femme les suivant ou les ayant suivies. C'est pourquoi l'un des axes préconisé par l'ARS afin de réduire les taux de SAF porte sur la sensibilisation des professionnels de santé en Grand Est.

      La Coordination Périnatale Grand Est, fédération des trois réseaux de santé en périnatalité de notre région, se mobilise depuis plusieurs années afin de mener des actions de formation à destination des professionnels de santé : prévention/dépistage/accompagnement/prise en charge des patientes présentant une conduite addictive.

      En région, différentes actions de formation des professionnels de la périnatalité peuvent être conduites comme la formation RPIB (repérage précoce et intervention brève) et la sensibilisation des professionnels de la périnatalité (repérage et prise en charge), en lien avec d’autres partenaires tel que Grand Est Addictions.

      Un des axes de la stratégie nationale de santé est de rendre effectif, par la diffusion large d’information, la réalisation de l’entretien prénatal précoce pour tous les parents et informer sur les ressources mobilisables en matière de soutien à la parentalité ; ceci afin de repérer les grossesses à risques médico-psycho-social dont le repérage des consommations de tabac, d’alcool, l’usage de substances psychoactives chez les futurs parents et leur prise en charge.

       En savoir plus : contactez les réseaux de santé en périnatalité du Grand Est

      Aller plus loin

      Contact