Tous ensemble pour votre santé

31 mai 2019 : journée mondiale sans tabac, le point en Grand Est

Actualité
Date de publication
Visuel
Lutte contre le tabagisme
Crédit Fotolia
A l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, le Ministère chargé de la santé, l’Assurance Maladie et Santé publique France se mobilisent pour inciter les fumeurs à franchir le cap de l’arrêt. Cette année la priorité de l’OMS est « Tabac et santé pulmonaire » afin de rappeler à tous l’incidence néfaste de la fumée du tabac, pour soi et pour son entourage. Le point en Grand Est.
Corps de texte

Le tabac tue plus de 7 millions de personnes chaque année, dont près de 900 000 non-fumeurs exposés au tabagisme passif. Chaque année, le 31 mai, l'Organisation Mondiale de la Santé souligne cette journée mondiale sans tabac avec un risque sanitaire associé au tabagisme.

Cette année, la journée mondiale sans tabac portera sur les nombreuses répercussions qu’a l’exposition au tabac sur la santé pulmonaire dans le monde : cancer du poumon, maladies respiratoires chroniques, exposition pendant la grossesse…

La fumée du tabac est la principale cause de cancer pulmonaire mais l’arrêt du tabagisme peut réduire le risque de cancer: 10 ans après cet arrêt, le risque diminue environ de moitié par rapport à un fumeur.

De même, l’arrêt rapide du tabac est le traitement le plus efficace pour améliorer les symptômes de l’asthme ou encore ralentir l’évolution de la Bronchopneumopathie chronique obstructive. La BPCO une maladie inflammatoire des bronches due, dans la majorité des cas, au tabac et qui se traduit par une obstruction chronique et non complètement réversible des voies aériennes. Elle peut évoluer vers une insuffisance respiratoire chronique et les épisodes aigus d’aggravation de la maladie (exacerbations) peuvent engager le pronostic vital.

Le tabac peut aussi avoir des répercussions sur l’entourage, notamment les plus jeunes, et ce dès la grossesse. En effet, les jeunes enfants exposés à la fumée des autres risquent une aggravation de l’asthme et des infections des voies respiratoires inférieures.

Enfin, le tabac contribue à la pollution de l’air intérieur et extérieur. La fumée contient plus de 7000 produits chimiques, dont 69 sont connus pour être cancérogènes. A l’intérieur des habitations, la fumée, invisible, peut demeurer dans l’air jusqu’à cinq heures et entraîner pour ceux qui y sont exposés des risques pour la santé.     

FOCUS :  la  BPCO en quelques chiffres

Selon l’OMS, la BPCO sera la 3ème cause de décès dans le monde en 2030

En France, 

  • La BPCO touche de 5% à 10% des adultes d’âge moyen
  • On dénombrait en 2017 de 107 000 à 170 000 hospitalisations pour exacerbation de BPCO
  • La BPCO était en cause dans plus de 18 000 décès en 2015
  • Plus de 70 % des cas de BPCO ne sont pas diagnostiqués (diagnostic souvent porté à un stade avancé*)
  • Selon le Baromètre de Santé publique France 2017, 1 personne interrogée sur 5 connaît le terme de BPCO et, parmi elles, moins de 1 sur 3 cite le tabac comme en étant la principale cause.

En 2017, la région Grand est compte 1.2 millions de fumeurs quotidiens âgés de 18 à 75 ans. Il s’agit du 4ème rang des régions de France où le tabagisme était le plus fréquent.

De plus, près de 3/4 des fumeurs du Grand Est fument de façon intensive (plus de 10 cigarettes par jour) ce qui est supérieur à la moyenne nationale (66.8%).

Presque 1/4 des fumeurs en Grand Est (23,1%) présentent une forte dépendance au tabac alors que la moyenne nationale est de moins de 20% (18, 4%).

Globalement les résultats en Grand Est chez les plus jeunes sont en demi-teinte : ainsi, concernant le tabagisme quotidien à 17 ans la prévalence de la région est relativement faible mais l’usage intensif du tabac (au moins 10 cigarettes par jour) est supérieur aux autres régions.

Chez les adultes, nous ne sommes plus la région la plus fumeuse de France métropolitaine, mais nous restons parmi les régions où la prévalence est la plus haute et reste supérieure à 30%.

Enfin, chez les femmes enceintes, un tiers fumaient avant la grossesse mais presque la moitié avait pu arrêter de fumer avant le 3ème trimestre de grossesse. Chez les 18.6% de femmes qui continuaient à fumer près de 8 sur 10 avaient réussi à réduire leur consommation.

Ces résultats montrent que les politiques engagées et affichées ont un impact pour l’accompagnement des fumeurs vers l’arrêt. Cependant, des efforts sont encore à fournir afin de toucher un maximum de fumeurs et les aider. N’oublions pas que plus de la moitié des fumeurs quotidiens déclarent avoir envie d’arrêter de fumer ! 

Retrouverez les dernières données régionales dans le Bulletin de Santé Publique (BSP) Tabac en Grand Est (janvier 2019) 

Accompagner les fumeurs dans l’arrêt du tabac est un engagement fort de l’ARS Grand Est depuis plusieurs années. S’appuyant sur des actions de prévention et de soutien emblématiques telles que l’opération « Mois sans Tabac », mais aussi sur des actions innovantes dans le cadre du Fonds Tabac, l’ARS Grand Est se mobilise aux côtés de tous les acteurs à l’occasion de cette journée.

La lutte contre le tabac et l’instauration d’espaces sans tabac dans nos villes sont au cœur de nos actions de contrats locaux de santé et du Plan Régional de Lutte contre le Tabac (PRLT).

Au niveau de la prise en charge et de l'accompagnement des patients atteints de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), l’ARS Grand Est soutient 11 programmes d’éducation thérapeutique du patient (ETP BPCO) pour les rendre acteurs de leur prise en charge. 

Dans le cadre de l’appel à projet "Fonds Tabac 2018", le collégium-santé de l’Université de Lorraine a été financé par l’ARS Grand Est pour construire en 2019 une formation en e-learning à destination de tous les professionnels de santé du Grand Est, prescripteurs de traitement de substitution nicotinique (Sage-femme, Infirmier, Médecin, Chirurgien- Dentiste, Masseur-kinésithérapeute). 

Dans le cadre du « Fonds Addictions 2019 », l’ARS Grand Est relayera un appel à projet en juin 2019 avec des fonds dédiés pour la mise en œuvre de projets régionaux en lien, entre autres, avec les axes du programme régional de lutte contre le tabac (PRLT), à savoir : éviter l’entrée des jeunes dans le tabac, aider les fumeurs à arrêter de fumer et créer des environnements favorables pour le Grand Est.
Le calendrier de l’AAP sera vraisemblablement très serré avec un dépôt des dossiers de demande en septembre 2019.
N’hésitez pas dès à présent à réfléchir et construire des projets et/ou relayer cette information.Toutes les informations seront disponibles sur le site internet dans la rubrique Appels à projet et à candidatures 

Pour aider les fumeurs dans leur démarche, l’ensemble des professionnels de santé et l’ARS Grand Est se mobilisent.
Ainsi un programme régional de lutte contre le tabac a été concerté avec les acteurs de la région et décline plusieurs priorités, comme par exemple la lutte contre le tabagisme passif concernant les enfants dès le plus jeune âge de la vie, avec un déploiement d’actions en direction des femmes enceintes et des futurs parents.
Ce plan, qui court jusqu’en 2022, est travaillé dès à présent avec les différents acteurs au niveau régional.

Des ressources existent pour accompagner votre démarche d’arrêt du tabac :

Un bilan 2018 en Grand Est très encourageant 

L'édition 2018 du Mois sans Tabac en Grand Est a obtenu des résultats très encourageants en Grand Est. Du côté du public, plus de 50 % de participation par rapport à 2017 pour notre région avec 18 539 inscrits sur Tabac Info Service et le groupe Facebook Les habitants du Grand Est #MoisSansTabac, très actif cette année, a doublé son nombre de ses membres. On retrouve également une belle mobilisation du côté des professionnels avec 154 porteurs d’actions et 356 actions recensés en Grand Est.

Sur les 3 fanzones de la région Grand Est (Thaon-les-Vosges, Charleville-Mézières et Troyes), ce sont plus de 72 consultations de tabacologie et 280 passages enregistrés sur les stands. Et le défi sportif collectif a été presque atteint : l’objectif était de parcourir la distance de manière symbolique en reliant les points les plus opposés de la région, soit 400km. Cette année, 380km ont été parcourus, 

Vous voulez en savoir plus ? Consultez le bilan « Mois sans tabac 2018 » en Grand Est 

L'édition 2019 en cours de préparation 

En Grand Est, on se prépare activement pour la 4ème édition du #MoisSansTabac » ! 

Vous souhaitez mener des actions dans le cadre du Moi(s) Sans Tabac 2019 et être sensibilisé sur les notions de base en tabacologie ? Savoir comment mener une action ? Des formations vous sont proposées en juin dans tous les départements du Grand Est. 
Retrouvez ici toutes les informations (programme/bulletin d'inscription) 

Vous souhaitez être accompagné dans la mise en place de vos actions ? Votre référent #MoisSansTabac départemental est là pour vous, contactez-le dès maintenant !

Dès octobre 2019, la campagne « #MoisSansTabac » sera très largement relayée au niveau Grand Est. La thématique prioritaire en Grand Est sera la périnatalité : futurs parents, femmes enceintes, nourrissions, jeunes grands-parents…nous sommes tous concernés !

Plus d’information prochainement sur le site #MoisSansTabac?!tabac-info-service.fr  et sur #MoisSansTabacGrandEst