Tous ensemble pour votre santé

24 services de chirurgie du Grand Est accompagnés pour développer la Récupération Améliorée Après Chirurgie (RAAC)

Actualité
Date de publication
Visuel
patient médecin chirurgie
Crédits : Adobe Stock
La récupération améliorée après chirurgie (RAAC) consiste à proposer aux patients un ensemble de mesures avant, pendant et après l’opération, destinées à réduire l'agression et le stress liés au geste chirurgical et à améliorer la récupération. L'ARS accompagne 24 services de chirurgie du Grand Est pour développer cette pratique.
Corps de texte

La Récupération Améliorée Après Chirurgie (RAAC), de quoi parle-t-on ?

La récupération améliorée après chirurgie consiste à proposer aux patients un ensemble de mesures avant l’opération (éviter la prémédication systématique…), pendant l’opération (éviter les drains, nouvelles méthodes anesthésiques…) et après l’opération (gestion de la douleur…), destinées à réduire l'agression et le stress liés au geste chirurgical et à améliorer la récupération.
La RAAC vise l’autonomisation du patient le plus tôt possible après un geste chirurgical sans risque et sans douleur. Le patient est amené à être acteur de sa prise en charge et de sa récupération.
Les évolutions de la prise en charge, organisationnelle et clinique, le rétablissement rapide des capacités physiques et psychiques des patients ont pour conséquence, sans que ce soit un objectif, la réduction des durées d’hospitalisation.
En ce sens, la RAAC participe à l’amélioration de la qualité de la prise en charge ainsi qu’au « virage ambulatoire », qui constitue un axe fort de la Stratégie nationale de santé. Le développement de la RAAC est un objectif du Projet régional de santé 2018-2022.
 

L’ARS mobilise les acteurs en santé pour le développement de la RAAC en Grand Est

La récupération améliorée après chirurgie (RAAC) fait l’objet de nombreuses publications et recommandations et son potentiel de diffusion en Grand Est est important.

Aussi, au regard des enjeux d’amélioration de la qualité des prises en charge et d’évolution des pratiques, l’ARS Grand Est a souhaité proposer à des services de chirurgie volontaires de la région un dispositif d’accompagnement afin de mettre en place des programmes de réhabilitation améliorée.

Lancement d’un accompagnement de 14 mois pour développer la RAAC le 28 février 2019 à Nancy

Le dispositif repose sur le principe du « compagnonnage ». Par spécialité, les services de chirurgie dits « candidats » volontaires qui souhaitent s’engager dans le développement de RAAC bénéficieront de l’expérience de services dits « référents » ayant déjà une pratique avancée de la RAAC dans le Grand Est.

La démarche, pilotée par l’ARS Grand Est, est encadrée par un cabinet de consultants expérimentés (IRIS Conseil santé). Elle se déroulera en deux temps :

  • une première phase de diagnostic et d’élaboration d’un plan d’action (6 mois) ;
  • suivie d’une phase d’accompagnement à la mise en œuvre (8 mois).

L’ensemble des services référents et candidats seront réunis le 28 février à Nancy pour le lancement officiel de la démarche.

24 services de chirurgie seront accompagnés sur la région

16 établissements représentant 24 services de chirurgie seront accompagnés sur quatre spécialités chirurgicales :

  • chirurgie digestive,
  • chirurgie urologique,
  • chirurgie orthopédique,
  • chirurgie gynécologique.

Ces services bénéficieront du soutien de 5 services référents (retenus après appel à candidature) ayant déjà mis en place des programmes RAAC et ayant accepté de prendre le temps de partager leur expérience :

  • services de chirurgie digestive et de chirurgie orthopédique des Hôpitaux Universitaire de Strasbourg ;
  • service de chirurgie gynécologique de l’institut Jean Godinot à Reims ;
  • service de chirurgie orthopédique de l’hôpital Schweitzer (Fondation Maison du Diaconat) à Colmar ;
  • service de chirurgie digestive du CHU de Nancy.

Un bilan de la démarche et des programmes mis en place sera effectué dans 14 mois pour de nouvelles perspectives de travail.