1er appel à projet régional « Eaux de Loisirs & Santé » : 4 lauréats retenus en 2021 pour le Grand Est

Actualité
Mosaique visuels eaux de loisirs

Mieux connaître et réduire les risques sanitaires liés aux baignades (naturelles, artificielles) et jeux d’eau, tel était l'objectif de ce 1er appel à projet régional « Eaux de loisirs et Santé » lancé en avril par l'ARS pour le Grand Est
Le jury a retenu 4 projets visant à une meilleure prise en compte ou une amélioration de la qualité sanitaire des eaux de loisirs.

En région Grand Est, les activités de baignade se déroulent généralement en rivières, lacs et plans d’eau. Ces sites et installations peuvent être situés sur le domaine public ou privé ou des structures publiques ou privées et sous la responsabilité de gestionnaires eux-mêmes publics ou privés.

Les installations destinées à l’activité de baignade sont donc nombreuses et variées et la pratique de ces activités aquatiques peut présenter des risques sanitaires divers en lien étroit avec la qualité des eaux.

Les risques sanitaires encourus sont fonctions des types d’eau et d’installation et de la présence potentielle de contaminants chimiques ou microbiologiques tels que virus, bactéries, amibes, micro-algues ou autres parasites (ex : puces du canard).

Les désagréments sont généralement bénins et souvent d’ordre dermatologiques, oculaires, voire digestifs, mais peuvent parfois être plus graves avec pour exemple, des atteintes du système nerveux dans le cas d’ingestion de cyanotoxines par exemple. De plus, Le changement climatique et le développement de nouvelles activités aquatiques peuvent être à l’origine de risques nouveaux, sous-estimés ou méconnus jusqu’alors.

Par conséquent, dès lors qu’ils sont ouverts au public ou utilisés dans le cadre d’une activité commerciale, les sites de baignade sont soumis, entre autres, aux exigences du code de la santé publique. Le contrôle sanitaire réglementaire peut mettre en évidences des contaminations et entraîner l’obligation pour les gestionnaires de mettre en œuvre des mesures correctives, voire d’interdire la baignade.

Bien entendu, des actions préventives menées le plus en amont possible par les gestionnaires, et un suivi rigoureux de la qualité de l’eau, sans attendre la survenue d’un contrôle de l’autorité sanitaire, restent la meilleure garantie pour éviter ou limiter les contaminations et préserver la santé des baigneurs.  

Ce dispositif de prévention de la santé publique visait donc en priorité à faire émerger des projets en faveur de la préservation de la santé des usagers des baignades, et en particulier en lien avec l’émergence de nouveaux risques sanitaires.

Résultats : 4 lauréats retenus en Grand Est pour ce 1er appel à projet

Le cahier des charges et le dossier de candidature étaient à disposition des porteurs de projet dans l'appel à projet publié sur le site de l’ARS du 5 avril au 7 juin 2021.

Sur les 6 dossiers déposés, le jury de sélection, composé de représentants de l’ARS mais également de ceux du Conseil Régional Grand Est et de l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse, a retenu 4 projets lors de la session qui s’est déroulée le 25 juin 2021.

Ces projets doivent démarrer et se dérouler en 2021 et/ou jusqu’en 2022.

Hydréos, pôle de compétitivité de l’eau en Grand Est, a proposé l’organisation d’un cycle de deux webinaires en 2021 :

Ces webinaires, qui se sont déroulés les 5 et 7 octobre 2021, ont suscité un vif intérêt de la part des exploitants de baignades. Les replays seront disponibles prochainement sur le site d’Hydreos.

Ces webinaires avaient pour objectif de faire le point sur la réglementation en vigueur, de comprendre les problématiques des gestionnaires de site de baignade et d’inciter les exploitants à l’autosurveillance régulière, à travers des retours d’expérience de gestionnaires de baignade et la présentation de solutions innovantes à expérimenter.

En savoir plus : https://www.hydreos.fr/

Dépendant du CNRS et de l’université de Lorraine, le rôle principal du LIEC est de comprendre le fonctionnement des écosystèmes continentaux fortement perturbés par l'activité humaine, avec pour finalité leur réhabilitation.

Le LIEC a proposé d’étudier une nouvelle approche, basée sur des processus naturels, pour limiter la croissance des cyanobactéries et permettre leur élimination et ainsi réduire les risques d’apparition d’efflorescences. Il s’agit d’une expérimentation en mésocosmes (reproductions de conditions naturelles en laboratoire), en vue de mettre en évidence la réduction de la croissance des cyanobactéries par implantation de macrophytes et l’élimination des cyanobactéries planctoniques grâce à des bivalves filtreurs (moules d’eau douce)

A l’issue de cette 1ère phase en laboratoire qui se déroulera jusqu’en 2022, des expérimentations in situ pourraient alors être envisagées.

En savoir plus : https://liec.univ-lorraine.fr/

La commune de Mittersheim (57) doit régulièrement fermer l’accès au site de baignade sur le Lac de Mittersheim du fait des risques sanitaires encourus et liés à la présence de cyanobactéries.

La commune de Mittersheim, en association avec la société Sofchem-Nanotera, a proposé d’expérimenter sur son site de baignade un dispositif de limitation de la prolifération des cyanobactéries par ultrason et microbulles.

Installé dès la saison estivale 2021, le dispositif sera complété pour la saison 2022.

Bien que les 1ers résultats soient encourageants, l’observation de la seule saison estivale 2021 ne permet pas de conclure et les résultats de cette expérimentation seront accessibles à l’issue de la saison 2022.

En savoir plus : http://mittersheim.fr/

ETC…Terra est une association vosgienne à but non lucratif qui a pour objectif l'éducation et la sensibilisation à l'environnement de différents publics (socio-professionnels, élus, enfants, familles...), et l'accompagnement des collectivités, associations et entreprises menant des projets liés au développement durable (ingénierie de projet, méthodologies, conseils, médiation...).

ETC…Terra a proposé une action de sensibilisation (animations, réunions d’information) à la santé et à l’environnement des usagers et des acteurs de la baignade sur le secteur des Pays de la Déodatie et du Pays de Remiremont.

En particulier, ces actions de sensibilisation s’adresseront aux élus, aménageurs et acteurs du tourisme, en vue d’une meilleure prise en compte des baignades et de la qualité de l’eau dans les projets locaux. Ces actions se dérouleront en 2022.

En savoir plus : https://www.etcterra.fr/